Puzzle, Franck Thilliez

« Paranoïa » nous entraîne dans une chasse au trésor au cours de laquelle les participants seront amenés à résoudre des énigmes plus complexes les unes que les autres pour tenter de remporter une conséquente somme d’argent. Le tableau ne serait pas complet si les joueurs les plus chevronnés du pays ne s’étaient pas retrouvés enfermés dans un hôpital psychiatrique désaffecté battu par de violentes tempêtes de neige. Le décor en lui-même suffirait amplement à alimenter les cauchemars les plus sinistres mais la rumeur raconte qu’un tueur en série rôderait dans les parages. A vrai dire, Franck Thilliez ne prenait pas beaucoup de risques tant les ingrédients, utilisés à maintes reprises dans la littérature policière, ont perdu leur caractère insolite.

Il parvient néanmoins à construire une intrigue palpitante dans laquelle le personnage principal se trouve pris au piège d’un casse-tête grandeur nature, où la dimension malsaine du jeu se rapproche dangereusement de la folie. Le lecteur ressent les choses avec une intensité presque palpable dans la mesure où il devient à son tour si suspicieux à l’égard des autres participants qu’il ne parvient plus à différencier la réalité de la fiction. Franck Thilliez l’entraîne dans une succession de fausses pistes en le confortant dans l’illusion que le chemin à suivre est déjà tout tracé. Seulement, l’auteur ne se montre pas aussi honnête qu’il le prétend puisqu’il sème suffisamment d’indices pour que le lecteur puisse comprendre progressivement le déroulement des événements. Ce dernier n’est toutefois pas dupe ; il sait qu’il devra attendre les dernières pages pour que le mystère se dévoile au grand jour. Le talent de Franck Thilliez repose d’ailleurs sur sa faculté à ne pas s’égarer sous peine de sacrifier l’intérêt de l’intrigue.

Le dénouement final comporte son lot de frustrations pour la simple raison que le lecteur découvre qu’il s’est trituré les méninges en vain. Le roman s’achève sur une réplique susceptible de remettre en question l’intégralité du récit et la surprise laisse subitement place à l’agacement. A quoi sert de semer le doute à un moment où aucun retournement de situation n’est possible ? Le lecteur devra alors faire l’effort d’omettre ce revirement pour en rester au dénouement final proposé par l’auteur qui, bien que décevant, détient le précieux avantage de ne pas être expéditif. Franck Thilliez est doté d’un certain talent pour instaurer des ambiances lugubres, élaborer des intrigues brillamment ficelées et même si le roman n’est pas époustouflant, il n’en reste pas moins un thriller psychologique de très bonne facture. Le lecteur n’aura aucun mal à se plonger dans le récit tant sa construction est cinématographique. Il s’apparente à un condensé de films d’épouvante qui feront le bonheur de tout amateur de sensations fortes. Certains s’en réjouissent, d’autres crient au plagiant, laissant à penser que le roman n’indiffère personne.

fourstars1

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s