La planète des singes : Suprématie, Matt Reeves

Matt Reeves touche du doigt la perfection en clôturant une saga qui a marqué le Septième Art pendant six ans. Le cinéaste a littéralement réalisé une prouesse technique et scénaristique en mêlant des scènes d’action époustouflantes à une intrigue qui se démarque des opus précédents par son parti pris. A mi-chemin entre le blockbuster et le cinéma d’auteur, « La planète des singes : Suprématie » est sans nul doute l’épisode le plus intimiste de la saga dans la mesure où le point de vue des singes transcende largement celui des hommes en laissant transparaître des émotions plus complexes et subtiles sans pour autant renoncer à leur animalité.

Matt Reeves clôture cette saga mythique en construisant son film sur le point de vue des singes avec au centre, un chef de clan plus combattif que jamais. Alors que le film précédent avait réduit à néant l’espoir d’un avenir meilleur entre humains et primates, « La planète des singes : Suprématie » s’éloigne des hommes sans pour autant faire abstraction des émotions ressenties par les deux clans, partagées entre la peur et la volonté de survivre dans un monde hostile. L’Homme est définitivement relégué au rang d’ennemi et pourtant, jamais un opus de la saga n’a autant mis l’accent sur ce qu’englobe la notion d’humanité. A travers les yeux de César, Matt Reeves signe un long-métrage puissant, engagé sur le plan écologique et surtout animé par une tension palpable qui ne fait que s’intensifier au fil des rebondissements. Mêlant le caractère explosif du blockbuster à la noirceur du drame psychologique, « La planète des singes : Suprématie » se caractérise par une violence impétueuse et viscérale pour la simple raison qu’une seule et unique espèce sortira vainqueur de l’affrontement final. Le conflit ne peut donc être que radical tant les hommes portent en eux le poids d’un passé peu glorieux. Matt Reeves nous plonge dans l’intimité d’une population simienne qui n’a jamais autant ressemblé à son ennemi et pourtant, il n’a pas la maladresse de dépeindre les humains comme des monstres. Ces derniers ont plutôt intérêt à avoir le dernier mot s’ils veulent anéantir le virus qui décime leur espèce.

Le spectateur pouvait s’attendre à un film riche en affrontements bruyants et titanesques mais le cinéaste parvient à surprendre en misant sur une intrigue psychologique qui cristallise les derniers moments du genre humain sur la planète. « La planète des singes : Suprématie » recompose le futur de la saga en adoptant un point de vue nuancé sur la fin de l’humanité. Le long-métrage de Franklin J. Schaffner (1968) mettait en scène une prise de pouvoir dictatoriale tandis que le dernier opus de la trilogie retraçant ses origines pointe du doigt les erreurs commises par l’homme sur une nature déterminée à reprendre ses droits, délivrant ainsi un message alarmant sur une société en déclin et néanmoins prête à tout pour régner en maître. Matt Reeves propose un drame intimiste et bouleversant qui souligne à quel point l’espèce humaine cultive un certain penchant pour l’autodestruction. « La planète des singes : Suprématie » clôture une saga épique avec une puissance émotionnelle rarement rencontrée dans un blockbuster hollywoodien. César tire sa révérence avec grâce et les derniers moments de son règne pourraient bien avoir donné naissance à un des plus beaux films de l’année.

FiveStars1-300x60

 

 

 

Publicités

2 réflexions sur “La planète des singes : Suprématie, Matt Reeves

  1. unfilalapage dit :

    J’ai adoré le premier volet de cette trilogie (qui est inventée par Hollywood, rappelons-le, et qui n’a donc que peu de rapport avec l’histoire originale du roman), le deuxième m’avait beaucoup moins convaincue. Ce que tu dis sur celui-ci me plaît et me donne envie d’aller le voir !

    Aimé par 1 personne

    • mangoandshamallow dit :

      Je les ai tous aimés, même si le deuxième opus m’avait également moins convaincue. Je n’en attendais pas tant avec le petit dernier qui m’a tout simplement éblouie. Je ne peux que t’encourager à foncer au cinéma 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s