Pour que tu sois mienne, Sara Farizan

pourquetusoismienne

« Pour que tu sois mienne » est un livre précieux dans la mesure où il véhicule des messages si forts qu’il en prend une valeur considérable. Il nous entraîne au cœur d’un amour interdit qui ne pourra jamais se concrétiser par une union conjugale. Sahar et Nasrin s’aiment depuis l’enfance et ont échangé autant de baisers volés que de promesses d’amour éternel. Seulement, l’Iran est un pays dangereux pour les personnes du même sexe qui affichent leurs sentiments et les deux jeunes filles seraient probablement condamnées à mort si leur secret était révélé. A 17 ans, il est encore temps de jouir du peu de temps qu’il leur reste avant d’entrer dans le monde adulte mais elles seront bientôt en âge de se marier et de fonder une famille. Sahar n’a toutefois pas envisagé de consacrer sa vie à l’entretien du foyer. Fille unique, elle veille sur son père qui n’est plus vraiment lui-même depuis la mort de sa femme et s’investit pleinement dans ses études pour espérer réussir le concours d’entrée à l’université de Téhéran. En embrassant la carrière de médecin, elle pourra enfin combler le fossé social qui existe entre elle et Nasrin.

Pourtant, les deux jeunes filles ne considèrent pas leur situation avec le même regard. Sahar se projette dans l’avenir et cherche une solution pour vivre aux côtés de celle qu’elle aime tandis que Nasrin profite du moment présent sans penser au lendemain. Quand les parents de cette dernière décident de la marier, Sahar s’effondre à l’idée de voir tous ses rêves partir en fumée. Les raisons qui poussent la jeune fille à accepter le mariage sont tellement personnelles qu’il sera difficile au lecteur de blâmer sa décision. En Iran, amour et union conjugale ne font pas souvent bon ménage et les femmes ne choisissent pas l’homme avec qui elles partageront leur vie. Sahar n’a plus de temps à perdre car les noces sont prévues trois mois après l’annonce qui l’a tant ébranlée. Entrer dans la communauté homosexuelle ne sera pas un problème pour la jeune fille puisque son cousin qui y est très apprécié, fréquente le milieu depuis longtemps. Sahar intègre alors un monde qu’elle ne connaît pas, entraperçoit une lueur d’espoir à travers les témoignages des personnes qu’elle rencontre mais est-il encore possible de sauver leur amour ?

En accompagnant Sahar dans son combat pour vivre aux côtés de Nasrin, le lecteur mesurera l’ampleur des paradoxes de ce pays qui met tout en œuvre pour préserver ses tabous et ses secrets. Si l’homosexualité est prohibée en Iran, le gouvernement finance en partie les opérations de changement de sexe. Sauver les apparences n’a pas de prix. Ses échanges avec la communauté transsexuelle l’amènent à s’interroger sur ce qu’elle est et ce qu’elle ressent, en sachant pertinemment qu’aucun retour en arrière ne sera possible. D’autres questions se bousculent dans sa tête : Nasrin apprécierait-elle ce changement pour le moins radical ? Aimerait-elle Sahar pour ce qu’elle est devenue ? Le lecteur tourne les pages avec appréhension car il a conscience que la jeune fille n’envisage de devenir un homme que pour empêcher le mariage de Nasrin et lui demander sa main. Sahar lui voue un amour inconditionnel alors que sa meilleure amie fait preuve de plus de retenue. Ne serait-elle d’ailleurs pas plus amoureuse de l’admiration que lui porte Sahar que de la personne elle-même ? Le doute s’immisce dans l’esprit du lecteur avant que la fin ne lui révèle une vérité plus nuancée.

« Pour que tu sois mienne » est bouleversant car Sara Farizan nous emporte sans surenchère dans un pays pétri de paradoxes et de censures, d’apparences et de coutumes où l’État se réserve le droit de décider de ce qui est moral. Il rappelle aussi à quel point il est important de défendre le droit d’aimer pour qu’aucune religion ou prétendue éthique ne vienne condamner cette liberté fondamentale. Le roman est un hymne vibrant à l’amour libre, un voyage dans la quête d’une jeune fille prête à renier son identité pour ne pas perdre celle qu’elle aime et acquérir les mêmes droits qu’un homme.

FiveStars1-300x60

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s