Derrière la haine, Barbara Abel

Derrierelahaine

D’un côté, Tiphaine et Sylvain ; de l’autre, Lætitia et David. Deux couples qui, en tant que voisins, partagent aussi le bonheur d’avoir chacun un enfant du même âge. Leur amitié est si fusionnelle que le lecteur se croirait immergé dans un monde parallèle édulcoré où l’humain serait capable de tisser des liens indestructibles et vouer une confiance aveugle à son prochain. L’allégresse cache toutefois une réalité plus sombre puisque Barbara Abel ne donne pas un aperçu idyllique de ce que deviendront les relations amicales de ces deux couples, sept ans après avoir fait connaissance. L’ambiance devient pesante quand se manifestent tensions, frictions et secrets honteux confiés lors d’une soirée bien arrosée. Il leur arrive parfois de se faire des reproches sur la manière dont ils élèvent leurs enfants mais les liens qui unissent les deux couples ne semblent pas en pâtir. Un tragique accident se charge néanmoins de les faire voler en éclats et la cloison qui sépare leurs maisons respectives ne suffit plus pour les protéger les uns des autres. Les seuls convives invités à la table des anciens amis s’appellent désormais Culpabilité, Suspicion et Paranoïa et, qui sait jusqu’où le ressentiment peut les mener …

La haine serait l’antichambre de l’amour mais Barbara Abel semble convaincue qu’elle mène à l’horreur. Les relations se détériorent dans une spirale infernale avant d’atteindre le point de non retour. Il ne reste plus rien de cette amitié inconditionnelle si ce ne sont que suspicions et graves accusations. Qui a tort ? Qui a raison ? Les craintes de Lætitia à l’égard des intentions de ses voisins sont-elles fondées ? Barbara Abel sème le doute dans l’esprit de ses lecteurs qui devront alors attendre le dénouement final pour savoir qui des deux couples est resté sain d’esprit suite à la tragédie survenue dans leur vie. L’auteure démontre aussi que la colère et la douleur peuvent amener les personnes les plus fragiles à commettre des actes aussi insoupçonnés qu’irréparables. L’histoire est d’autant plus sombre qu’elle pourrait faire l’objet d’un fait divers raconté au journal télévisé. Barbara Abel parvient avec brio à instaurer la paranoïa dans les esprits, nous faisant douter de la sincérité des uns et des autres. A quel point pouvons-nous avoir confiance en nos proches et aux autorités ?

Son récit ne livre pas de recette miracle sur un plateau, si ce n’est qu’il vaut mieux se méfier des mères touchées en plein cœur par un drame personnel. La psychologie de Lætitia et Tiphaine est suffisamment aboutie pour susciter effroi et incompréhension chez le lecteur qui restera bouche bée devant le pouvoir que peuvent exercer l’instinct maternel et la jalousie obsessionnelle sur le psychisme féminin. David et Sylvain, relégués au second plan, révèlent au grand jour leur impuissance face aux sentiments déchaînés de leurs compagnes respectives qui mènent assurément la danse tout au long du récit. Certains actes souffrent d’une crédibilité discutable mais Dieu sait ce qu’une personne meurtrie est capable de mettre en œuvre pour continuer à vivre malgré la douleur.  Barbara Abel n’accorde aucune place à l’espoir, au point que l’innocence d’un enfant ne sera guère épargnée par la folie destructrice de ses protagonistes.

FiveStars1-300x60

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s