Du feu de l’enfer, Sire Cédric

Du feu de l'enfer

J’ai rarement ressenti une telle force se dégager d’un thriller. Sire Cédric nous immerge dans les méandres d’un culte satanique aux côtés d’un frère et d’une sœur que tout oppose. Manon consacre la plus grande partie de sa vie à prodiguer les soins nécessaires aux défunts pour leur donner un aspect présentable le jour des funérailles tandis qu’Ariel s’est habitué aux petits délits et démêlés avec la justice. Une nuit, après une énième dispute avec sa copine, son frère débarque chez elle pour lui demander l’hospitalité. Il ne sait pas encore que son dernier trafic lui causera plus d’ennuis qu’à l’accoutumée et entraînera involontairement Manon dans une périlleuse aventure en devenant la cible d’un groupuscule satanique qui ne recule devant rien pour mener à bien ses missions occultes. Poussée par l’amour qu’elle porte à son frère et la curiosité de percer le mystère de la société secrète qui semble vouloir leur mort, Manon mettra sa propre existence en danger en semant également le chaos sur son passage.

L’histoire en elle-même ne manque pas de piment mais ne se démarque pas non plus par une originalité débridée. « Du feu de l’enfer » est un roman de genre assumé, usant de thématiques glauques qui ont été maintes fois abordées en littérature. Pourtant, réduire le dernier roman de Sire Cédric à un banal récit horrifique serait faire injure au talent de l’auteur. Il a pris soin de dessiner des personnages complexes unis par des liens du sang qui le sont tout autant. Le frère et la sœur ont toutefois compris que cette communauté ne pourrait être vaincue qu’en laissant de côté les différences qui les séparent. Ariel a une certaine emprise sur Manon, dans le sens où il la manipule en jouant la carte de l’amour fraternel pour éveiller en elle un sentiment de culpabilité qui la poussera à commettre des actes irrationnels. Le jeune homme ne suscite guère la sympathie en faisant si souvent preuve de lâcheté et d’égoïsme mais sa sœur aînée, en apparence plus sage, révèle une part d’ombre insoupçonnable.

Le roman se lit avec frénésie, à grand renfort de rebondissements et courses poursuites qui entraînent le lecteur dans une spirale empreinte de violence. Sire Cédric ne fait pas dans la dentelle quand il s’agit de décrire les actes barbares de fanatiques qui se réjouissent de sacrifier ceux qui ont le malheur de croiser leur chemin. En revanche, les lecteurs les plus sensibles peuvent se rassurer car l’auteur ne bascule jamais dans le voyeurisme. Sire Cédric nous livre aussi des passages bien sentis qui dénoncent l’impunité des hommes hauts placés, prêts à tout pour exercer leur influence et assouvir des fantasmes extrêmes. La barbarie n’est pas que l’apanage des grands délinquants et terroristes islamistes. Certains hommes politiques, avocats, médecins et éminents professeurs sont aussi capables de répandre la mort autour d’eux avec l’assurance et la froideur dignes des plus grands criminels.

Sire Cédric nous embarque dans une histoire qui, servie par une écriture cinématographique et des rebondissements à profusion, fait froid dans le dos dans la mesure où une telle conspiration pourrait naître et prendre racine dans les instances les plus corrompues. Qu’attendez-vous pour vous lancer dans l’aventure ?

FiveStars1-300x60

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s