Snjor, Ragnar Jonasson

snjor

Jeune recrue récemment diplômée de l’école de police de Reykjavík, Ari Thor se voit proposer un poste dans une bourgade située au Nord de l’Islande qui n’abrite pas plus de mille deux cent âmes. Le jeune homme refuse catégoriquement de laisser passer cette opportunité, même si sa petite amie préfère rester dans la capitale pour y terminer ses études de médecine. Ari Thor rejoint ainsi en solitaire et en plein cœur de l’hiver sa nouvelle affectation. Recruté pour son profil rassurant, cet ancien élève en théologie et philosophie se sent immédiatement oppressé dans ce village de pêcheurs de harengs, qui semble constamment paralysé par les intempéries. Lui l’étranger, surnommé ironiquement « Le révérend » par les habitants de Siglufjördur, parviendra t’il à s’intégrer au sein de cette communauté qui vit littéralement repliée sur elle-même ?

Ari Thor n’a pas l’esprit tranquille et cette impression de malaise ne cessera de croître lorsqu’il mettra son nez dans les affaires des habitants pour mener l’enquête sur la mort suspecte d’un vieil écrivain de renommée internationale. Ses collègues lui avaient assuré qu’il ne se passait jamais rien à Siglufjördur mais un incident tragique aura vite fait de réveiller un passé insoupçonné qui sommeillait depuis de longues années. La grangrène se propage assurément au sein de cette communauté isolée du reste du monde qui étouffe consciencieusement ressentiments et secrets inavouables. Ari Thor a aussi l’impression de suffoquer et d’être pris au piège des conditions extrêmes du nord de l’île, où la neige qui tombe sans discontinuer met en péril la sécurité des automobilistes se risquant à circuler sur les routes sinueuses et verglacées.

La vie tourne au ralenti en ce lieu coupé du monde, à l’image d’une enquête qui avance tout doucement pour laisser le temps au lecteur de découvrir Siglufjördur et ses habitants. Il n’est pas nécessaire de privilégier une piste plutôt qu’une autre dans la mesure où chaque protagoniste éveille les soupçons, au fur et à mesure que le jeune policier déterre les secrets restés longtemps enfouis dans les strates du passé. Ragnar Jonasson laisse planer le doute jusqu’à la dernière page, prenant ainsi un malin plaisir à brouiller les pistes. Les rebondissements apparaissent tardivement dans le récit mais je me suis plongée avec avidité au cœur de cette atmosphère claustrophobe menaçant à tout moment d’exploser sous la pression de la rancune et des faux semblants.

L’auteur prend le temps de planter le décor, au point que la lenteur de l’intrigue peut facilement décourager les lecteurs amateurs de sensations fortes. Ari Thor n’incarne pas non plus la joie de vivre puisqu’il a souvent tendance à broyer du noir et se laisser envahir par l’angoisse. Il est certainement le reflet d’une jeunesse anxieuse et désabusée qui a subi de plein fouet les lourdes conséquences de la crise financière islandaise. Il ne brille pas par son optimisme mais n’attire pas que le négatif. Il affiche un tempérament volontaire qui contribuera naturellement à lui faire résoudre sa première enquête.

Ragnar Jonasson possède un talent indéniable pour créer des ambiances oppressantes au sein desquelles la complexité des relations humaines est dépeinte avec un réalisme saisissant. Ari Thor est né en Islande et n’a encore jamais quitté son pays. Il n’en demeure pas moins un étranger aux yeux des habitants de Siglufjördur qui, sans le considérer avec animosité, prennent soin de lui faire comprendre qu’il ne trouvera jamais sa place dans leur communauté. Seulement, qu’en est-il de l’intrigue ? J’ai le regret de vous annoncer qu’elle reste somme toute classique. La mécanique du huis clos est impeccablement huilée mais ne brille pas par son originalité. Le dénouement final ne renferme pas de révélations à couper le souffle et l’auteur qui reconnaît volontiers s’être inspiré d’Agatha Christie, s’en est sans nul doute approprié les codes de manière académique. Après avoir constaté que le potentiel de Ragnar Jonasson n’avait pas été pleinement exploité dans « Snjor », je me suis précipitée pour plonger dans son deuxième roman qui paraît-il, nous réserve bien des surprises.

fourstars1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s