Split, M. Night Shyamalan

split-affiche

Kevin souffre d’un trouble dissociatif de l’identité particulièrement inquiétant puisqu’il a déjà révélé pas moins de 23 facettes de lui-même au Docteur Fletcher. La psychiatre a compris qu’une d’elles est encore enfouie au plus profond de son inconscient et qu’elle ne tardera guère à se manifester pour prendre le pas sur toutes les autres. Kevin franchit déjà un cap en kidnappant trois adolescentes qui seront alors aux premières loges pour mesurer l’étendue de la folie de leur ravisseur. Il devient dans son âme et sa chair, le foyer d’une guerre sans merci que se livrent ses multiples personnalités. D’un enfant de 9 ans à un maniaque de la propreté atteint de tocs, en passant par une femme au foyer aux manières bourgeoises, James Mc Avoy n’interprète pas Kevin comme un seul rôle mais bien comme si le spectateur voyait passer sous ses yeux, une kyrielle d’acteurs ayant pour point commun de donner vie au même protagoniste. Son jeu insuffle ainsi une dimension dérangeante à un scénario qui a le potentiel de mettre le spectateur mal à l’aise.

Kevin se comporte de manière si troublante qu’il ferait pâlir d’envie Norman Bates mais nous pourrions regretter que le potentiel horrifique du film n’ait pas été davantage exploité. Qu’aurait-il fallu pour que le réalisateur renforce l’ambiance anxiogène de son long-métrage ? La résolution de l’énigme n’est pas si complexe qu’elle en a l’air puisqu’il aurait suffi à M. Night Shyamalan de dévoiler toutes les facettes de la personnalité de Kevin. Nous aurions aussi préféré qu’il consacre plus d’énergie à développer celle qui sommeille dans l’inconscient de son protagoniste. La première moitié du long-métrage fait la part belle aux jeunes filles, au point que le spectateur peut légitimement se demander si le cinéaste n’a pas longuement hésité dans ses choix scénaristiques. Raconte t’il l’histoire de Monsieur Maboul ou celle de trois adolescentes enlevées et séquestrées par ce même esprit dérangé ? Le cinéaste place d’ailleurs Casey sous les feux des projecteurs en nous gratifiant de flash-backs permanents ayant pour seule fonction de nous révéler les raisons pour lesquelles la jeune fille réagit posément face à l’attitude singulière du ravisseur.

Le dernier né de M. Night Shyamalan ne repose pas uniquement sur la performance de James Mc Avoy car il vaut aussi le détour pour le rôle d’Anya Taylor-Joy, qui après avoir brillé dans « The Witch », nous démontre encore à quel point elle a le talent de donner vie à toutes sortes d’émotions dans ses grands yeux bruns. Les acteurs excellent dans leur art mais leur prouesse ne suffit pas à satisfaire un public sensible à l’idée de se plonger dans un thriller psychologique plus abouti que la plupart de ceux produits par la machine hollywoodienne. Une fois remis de ses émotions, le spectateur prend finalement conscience que c’est précisément sur ce point là que le bât blesse. Le cinéaste le noie dans des dialogues éprouvants entre Kevin et sa psychiatre dévouée alors qu’il est tout aussi capable d’agiter les plus grosses ficelles du thriller commercial, lui qui savait si brillamment composer des atmosphères anxiogènes. Il se sert également à mauvais escient du thème de la jeunesse abusée, alibi trop souvent utilisé pour ne pas sembler réducteur aux yeux des spectateurs aguerris.

« Split » n’en reste pas moins un thriller rondement mené et efficace qui, s’il manque de subtilité dans sa dernière partie en raison de sa dimension fantastique un brin caricaturale, nous rassure quant à l’avenir de l’ex-prodige du cinéma de genre. C’est un plaisir de voir le réalisateur revenir à ce qu’il fait de mieux : jouer avec la frontière entre réalité et surnaturel en donnant lieu à des rebondissements savamment dosés. Certaines ficelles scénaristiques n’auraient néanmoins pas dû s’imposer dans le cinéma de M. Night Shyamalan. Nous nous assurerons alors que le réalisateur ne commettra pas les mêmes imperfections dans son prochain film avant de crier haut et fort que le phénix renaît de ses cendres.

Threestars1

Publicités

2 réflexions sur “Split, M. Night Shyamalan

  1. Sweet Judas dit :

    Je l’ai également vu cette semaine et j’avoue que si le début partait bien, la surenchère autour de la maladie de Kevin (je continue de me dire que 23 personnalités, c’était pour la poudre aux yeux, parce que seulement 4 à 5 d’entre elles prennent réellement vie à l’écran)(et c’était déjà suffisant pour nous faire frissonner l’échine) plombe un peu l’ensemble… J’ai trouvé intéressant de se placer du point de vue des filles captives, et pas de celui de Kevin/Patricia/Hedwig/Etc, même si seul le personnage d’Anya est réellement creusé (et je suis tellement d’accord : les abus sexuels sur mineurs, c’est un peu l’explication fourre-tout de nos jours)(comment est-ce qu’on en est arrivé à rendre ça quasiment mainstream, c’est tristement incompréhensible pour ma part).
    Bref, c’est pas un long-métrage inoubliable, loin de là, mais j’ai quand même apprécié le visionnage grâce à James (éternellement Charles-Xavier, pour moi).

    Et puis, un petit « lol » pour l’apparition éclair de Bruce Willis,quand même.

    Aimé par 1 personne

    • mangoandshamallow dit :

      Le film vaut le détour pour son excellent jeu d’acteurs mais je te rejoins totalement sur le fait que le dédoublement de multiples personnalités n’était que de la poudre aux yeux. On rencontre seulement Kevin, Patricia, Edwig et Barry (et encore, uniquement pendant les séances avec sa psychiatre) alors qu’il aurait été judicieux de nous présenter les autres facettes de sa personnalité. Le concept aurait été plus intéressant, même si elles n’avaient pas toutes été exploitées avec la même finesse. « Split » ne restera pas gravé dans nos mémoires (sans pour autant être mauvais) et
      c’est d’autant plus regrettable qu’il était doté d’un fort potentiel. L’apparition éclair de Bruce Willis qui faisait référence à « Incassable » était à mon sens, totalement superflu. Je dirais même que M.Night Shyamalan s’est montré un brin mégalo sur ce coup-là mais on lui pardonnera 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s