Quelqu’un à qui parler, Cyril Massarotto

quelqu_un-a-qui-parler-659x1024

Le roman s’ouvre sur une soirée d’anniversaire qui tourne au fiasco. Samuel se retrouve seul devant un gâteau et des assiettes vides puisque les deux invités ont eu un empêchement de dernière minute. La solitude s’abat sur lui et Sam noie son chagrin dans le champagne. Il compose instinctivement le numéro de son ex qui le supplie de ne plus la rappeler et son smartphone ne trouve pas de moment plus propice pour rendre l’âme. Sam peut encore se servir du téléphone fixe mais ne sait pas qui appeler pour apporter une touche positive à cette soirée d’anniversaire si morose. Sam se rend soudainement compte qu’il se souvient du numéro de son enfance et le compose sans trop y croire. Contre toute attente, un enfant se manifeste au bout du fil et il ne faudra pas longtemps au célibataire solitaire pour comprendre qu’il s’agit de lui-même à 10 ans. Samuel reconnaît le petit garçon qui s’apprête à vivre une douloureuse épreuve. Le jeune homme se prend au jeu et les deux Sam se téléphonent chaque jour pour échanger sur leur quotidien et leur vie.

Le roman m’a procuré un bien-être immense en berçant mon âme sensible d’une mélancolie bienveillante. Le sujet a suscité ma curiosité dans la mesure où nous sommes nombreux à avoir rêvé, ne serait-ce qu’une fois, de pouvoir remonter le temps pour s’éviter des souffrances inutiles, rattraper les erreurs du passé et prendre des décisions contribuant à rendre l’instant présent plus facile et joyeux. Si le lien unissant les deux Sam relève de la science-fiction, le lecteur est capable de se remémorer l’enfant qu’il était et imaginer la conversation qu’il entretiendrait avec lui. Il y trouverait alors l’occasion de se réconcilier avec son enfance en insufflant un zeste d’insouciance perdue dans son quotidien. Il réfléchirait aussi aux raisons qui l’ont conduit à ne pas concrétiser ses projets. J’en ai souvent rêvé et je pense savoir ce que j’aurais dit à la fillette que j’étais. Le petit Sam est déçu d’apprendre que sa vie d’adulte ne sera pas aussi trépidante que dans son imagination. Seulement, il ne connait rien des drames qui vont bouleverser son existence et n’a pas encore conscience, du haut de ses 10 ans, que la réalité de la vie n’épargne personne. Le Sam devenu adulte mettra toute son énergie pour l’aider à traverser l’épreuve contre laquelle il ne peut rien tandis que le petit garçon le guidera vers le chemin du changement.

Le récit est empreint d’humour, d’autodérision et de tendresse qui nous invite, le temps d’une lecture, à se réconcilier avec son enfant intérieur. Les larmes me sont parfois montées aux yeux car le trentenaire ressemble à tellement de jeunes gens qui travaillent pour vivre et se sentent seuls. 70% des français rêvent de changer de vie mais la peur de l’inconnu les empêchent de franchir le pas. Les décisions prises dans la sphère personnelle nous amènent aussi souvent à faire le deuil de nos aspirations professionnelles. Devons-nous pour autant vivre cette situation comme une fatalité ? Il est important de ne pas regretter ses choix pour connaître le bonheur, même si la vie nous a fait prendre des directions que nous n’aurions jamais envisagées. Changer radicalement de vie peut être difficilement concevable mais nous disposons de marges de manœuvre souvent inexploitées. L’auteur délivre un beau message consistant à ne pas oublier l’enfant enfoui au plus profond de soi-même. La réalité de la vie éteint progressivement les rêves, les espoirs et la fougue qui caractérisent l’enfance pour enfermer l’adulte dans un état proche de la léthargie. Le roman prouve que chacun peut agir à sa manière pour ne plus subir alors, qu’attendons-nous pour apporter du piment à la vie ?

fourstars1

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s