La différence invisible, Julie Dachez et Mademoiselle Caroline

Je suis souvent conquise par les romans graphiques traitant de sujets de société alors que je reconnais ne pas être particulièrement adepte des bandes dessinées. Le parcours de Marguerite m’a beaucoup appris sur un syndrome dont je ne connaissais que le nom. L’apparence et le quotidien de la jeune femme ne la distinguent en rien des autres mais certains signes laissent à penser qu’elle est différente. Elle ne comprend pas le second degré, se révèle incapable de mentir et ne maîtrise pas les codes sociaux. Son comportement regroupe ainsi toutes les caractéristiques d’une forme d’autisme nommée Asperger. Les médecins la diagnostiquent plus difficilement chez les femmes dans la mesure où elles préservent au mieux les apparences. Le titre du roman graphique y trouve alors tout son sens.

Le lecteur suit au jour le jour le quotidien de Marguerite en découvrant à ses côtés qu’elle est atteinte du syndrome d’Asperger. Le diagnostic médical la remplit de joie puisqu’elle peut enfin mettre des mots sur sa différence. Elle va néanmoins devoir se heurter aux préjugés de son entourage et de sa hiérarchie qui ne semble pas déterminée à lever le petit doigt pour aménager son poste. De plus, certains psychiatres se révèlent incompétents sur le sujet. Les jugements préconçus sont tenaces sur le syndrome d’Asperger qui est souvent considéré à tort comme une maladie psychiatrique. Il n’est ni un déficit ni un handicap mental et fait partie de ce que l’on nomme les TSA (« Troubles du Spectre Autistique »). Les personnes présentant le syndrome d’Asperger ont pour point commun d’éprouver de réelles difficultés à interagir avec leur environnement mais ne souffrent pas de troubles du langage. Les stéréotypes autour de l’autisme les présentent aussi comme des petits génies alors que la réalité démontre qu’ils peuvent être dotés d’un quotidien intellectuel tout à fait normal.

Les aspies (appellation pour désigner les individus atteints du syndrome d’Asperger) sont rarement identifiables au premier coup d’œil car la plupart parviennent à acquérir au prix d’années d’effort, les codes sociaux qui leur ont fait défaut. Ils font des études, exercent une profession, fondent une famille et ce sont les raisons pour lesquelles les spécialistes expliquent que le syndrome d’Asperger reste un handicap invisible. Julie Dachez nous montre aussi qu’il est d’autant plus difficile à identifier que beaucoup de lecteurs se reconnaîtront dans certains aspects de la personnalité de Marguerite. Or, personne n’est en mesure de se diagnostiquer autiste. Il est effectivement nécessaire de faire appel à un psychiatre qui se concertera avec d’autres spécialistes pour déterminer si vous êtes ou non atteints du syndrome d’Asperger. Marguerite se rend d’ailleurs dans un Centre de Ressources Autisme qui reste le lieu le plus sûr en France pour obtenir un diagnostic sérieux.

Ce roman graphique est important pour comprendre à quel point un autiste Asperger doit prendre sur lui pour sauver les apparences en parlant en écholalie, en maîtrisant tant bien que mal ses TOC et en instaurant un cadre rassurant. Or, le chemin est encore long pour que l’opinion générale remette en question ses préjugés autour de l’autisme. Les personnes concernées ne souffrent pas toutes de déficience intellectuelle et ne passent pas leur temps à se taper la tête contre les murs. Il est temps que le regard change sur les diverses formes d’autisme. Julie Dachez sait toutefois de quoi elle parle puisqu’elle est elle-même atteinte du syndrome d’Asperger. Le parcours de Marguerite se révèle être le témoignage poignant d’une jeune femme autiste qui a certainement dû lutter pour assumer et faire accepter ses troubles du comportement. J’espère sincèrement que les gens arrêteront de juger les autres en s’intéressant à eux pour de meilleures raisons que de se moquer de leurs différences et que ces témoignages contribueront progressivement à faire évoluer les mentalités.

Fourstars1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s