La terrifiante histoire du sanatorium de Waverly Hills

 

Le sanatorium de Waverly Hills est considéré comme un des lieux plus hantés des Etats-Unis. Il a accueilli pendant de nombreuses années des patients atteints de la tuberculose qui, selon des rumeurs persistantes, auraient subi de mauvais traitements. Ses origines remontent à 1883 lorsque Thomas H. Hays est devenu propriétaire d’un vaste terrain sur lequel il a fait construire sa maison. La demeure familiale se trouvant dans un endroit isolé, le major Hays a décidé de bâtir une école sur ce site pour pallier la trop grande distance qui la séparait de l’établissement scolaire le plus proche et assurer ainsi l’éducation de ses filles. Il a engagé une institutrice, Lizzie Lee Harris, qui a choisi de baptiser l’endroit la « Waverly School ». Le major a conservé ce nom pour sa propriété qui devient « Waverly Hills », dénomination qui est alors maintenue lors du rachat du site par Louisville au début du XX ème siècle.

A cette même période, une épidémie de tuberculose s’est déclarée en Europe et aux Etats-Unis et un premier bâtiment a donc été érigé en 1911 pour soigner les premiers patients. La maladie a fait rage, au point que l’établissement a été l’objet de travaux d’agrandissement successifs pour pouvoir accueillir un nombre grandissant de patients. 478 personnes atteintes de la tuberculose ont d’ailleurs été recensées en 1932 et le sommet de la colline sur lequel est situé le sanatorium constituait un endroit parfaitement adapté pour limiter les risques de contagion. Le personnel ne pouvait pas administrer des médicaments suffisamment puissants pour soigner leurs patients mais le sanatorium était à la pointe en matière d’équipements destinés à améliorer leur confort.

Un tunnel a été construit à 160 mètres sous terre pour permettre au personnel de traverser la montagne en toute sécurité et ravitailler l’hôpital. En revanche, il s’est vu attribuer une fonction plus funeste au moment où l’épidémie s’est révélée particulièrement dévastatrice. Il servait effectivement à transporter les corps des défunts en toute discrétion pour préserver les patients de la vue des victimes de la tuberculose. Le sanatorium a fonctionné à plein régime jusqu’en 1943, année pendant laquelle cette maladie a commencé à reculer. Les progrès de la médecine ne justifiaient donc plus que les patients séjournent dans un hôpital aussi grand et c’est la raison pour laquelle la majeure partie d’entre eux ont été transférés dans un autre sanatorium. En 1962, Waverly Hills est devenu un hôpital gériatrique avant de fermer définitivement ses portes au début des années 80, suite à des rumeurs racontant que les patients subissaient de mauvais traitements.

On doit surtout la réputation du sanatorium aux rumeurs portant sur des événements glauques qui s’y seraient déroulés. Elles ont parfois donné naissance à des histoires fantaisistes mais il n’empêche que Waverly Hills a été le théâtre de faits peu recommandables. Si on se base sur les données officielles de la bibliothèque de Louisville, on découvre que 106 patients rendaient chaque année leur dernier soupir et qu’entre 6000 et 8000 décès ont pu être constatés sur les 52 années d’ouverture du sanatorium. Les chiffres exacts restent inconnus mais il paraît évident que le taux de mortalité n’était pas aussi élevé qu’on le prétend.

En revanche, les méthodes qui étaient pratiquées à Waverly Hills ont de quoi glacer le sang de n’importe quel lecteur non averti. Les chirurgiens avaient recours à la thoracoplastie qui consistait à sectionner une partie des poumons ou l’intégralité de la cage thoracique pour faciliter la respiration. A l’époque, elle ne choquait personne mais l’immense majorité des patients concernés ne survivaient pas à l’opération. En se plongeant dans les comptes du sanatorium à sa fermeture, les enquêteurs ont fait une découverte particulièrement cynique. Les patients facturaient le tarif de l’évacuation de leur corps et du cercueil lors de leur admission à l’hôpital. Ils intégraient l’établissement pour se faire soigner alors que l’administration considérait qu’ils étaient déjà condamnés.

Les événements sordides ont sensiblement augmenté au cours de la Seconde Guerre Mondiale, période pendant laquelle le sanatorium n’a plus reçu la visite d’inspecteurs pour contrôler la manière dont le personnel soignant traitait ses patients. Seulement, il est aussi nécessaire de replacer certaines pratiques dans le contexte de l’époque car les connaissances médicales n’étant pas aussi élaborées qu’aujourd’hui, ils estimaient que les traitements utilisés ne pouvaient qu’améliorer l’état du patient. Les médecins les installaient sur le toit de l’hôpital, pensant qu’une exposition prolongée au soleil guérissait les personnes atteintes de la tuberculose. Je vous laisse ainsi imaginer le calvaire que les patients de Waverly Hills devaient endurer … La légende raconte que le sanatorium est le théâtre d’apparitions surnaturelles et parmi les nombreuses histoires qui circulent à son sujet figure celle de la salle 502. Deux infirmières s’y seraient donné la mort et se manifesteraient pour hanter les lieux.

La réputation sordide du sanatorium de Waverly Hills a fortement contribué à transformer le lieu en attraction touristique puisque des curieux avides de sensations fortes n’hésitent pas à mettre la main au porte-monnaie pour être les témoins d’apparitions spectrales. Son histoire comporte certainement une part de fantasmes et de réalités mais je dois bien admettre que cet endroit donne la chair de poule.

Son histoire a inspiré Armelle Carbonel pour son livre « Criminal Loft ». Il raconte les aventures de criminels condamnés à mort qui en étant sélectionnés pour une émission de télé-réalité, sont contraints de lutter pour survivre dans ce lieu terrifiant qui leur réserve bien des surprises … 

Publicités

4 réflexions sur “La terrifiante histoire du sanatorium de Waverly Hills

  1. Sweet Judas dit :

    Ça me fait penser au film « Grave Encounters », où l’équipe d’une émission de (prétendus) chasseurs de fantômes se fait enfermer volontairement dans un ancien hôpital, désaffecté et clairement creepy… Le look du bâtiment me fait penser à tes photos. La scène finale se déroule même dans un couloir souterrain 🙂

    Aimé par 1 personne

    • mangoandshamallow dit :

      Ils se sont peut-être inspirés de Waverly Hills mais ce qui est sûr, c’est qu’un film d’horreur censé se dérouler dans le sanatorium est sorti au cinéma il y a quelques années. Il s’agit de Death Tunnel qui, selon les critiques, n’est pas une réussite.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s