Choisir son soutien-gorge/sa brassière de sport

Le choix d’une brassière de sport est aussi essentiel que celui d’une paire de chaussures de running mais nous sommes encore nombreuses à estimer qu’il n’est pas nécessaire d’investir dans ce vêtement « invisible » et souvent onéreux. Les médecins rappellent souvent à la gente féminine qu’elle a tendance à négliger ses seins alors si nous pouvons prendre conscience que porter une brassière de sport est absolument indispensable pour protéger sa poitrine, je suis convaincue que nous aurons déjà franchi un cap.

Pourquoi est-il si important de ne pas faire l’impasse sur le soutien-gorge de sport ? La poitrine n’est pas un muscle. Les tissus mammaires sont uniquement retenus par des ligaments (les ligaments de Cooper) assez délicats qui s’étirent à chaque mouvement. Au cours de l’effort, la poitrine oscille de bas en haut et de gauche à droite et l’impact provoqué par l’activité physique ne fait naturellement qu’amplifier le phénomène. Le soutien-gorge de ville maintient seulement la poitrine par le bas tandis que sa version sportive s’adapte davantage à la forme des seins pour les accompagner dans leurs mouvements.

La brassière de sport est censée offrir un excellent maintien mais il assure aussi un confort optimal en évitant les frottements et limitant les sensations de gêne grâce à des modèles sans cesse plus sophistiqués. Si elle est de bonne qualité, elle est systématiquement conçue avec des matières techniques, anti-transpirantes et anti-bactériennes qui permettent de réguler la transpiration et de garantir son évacuation. Qui n’a jamais participé à son premier cours de fitness en portant un soutien-gorge de ville ? En ce qui me concerne, je n’en garde pas un excellent souvenir dans la mesure où je sentais que ma poitrine oscillait dans tous les sens (elle n’est pourtant pas particulièrement généreuse) et que je « baignais » littéralement dans la sueur. Cela va s’en dire que je me suis précipitée pour acheter une brassière de sport digne de ce nom.

Toutes les poitrines sont concernées car même si le mouvement est plus amplifié pour les formes généreuses, les femmes ayant de petits seins ne sont pas non plus épargnées par les risques de lésions tissulaires et d’affaissement prématuré de leur poitrine. Les brassières et soutiens-gorge de sport épousent la forme des seins pour les maintenir aussi par le haut, limiter leur déplacement horizontal et « absorber » les chocs suscités par les nombreux impacts. Selon les modèles, ils réduisent l’amplitude du mouvement de 50 à 70%. Le niveau de maintien diffère aussi en fonction des activités physiques. La marche, le yoga et les Pilates ont pour point commun d’être des activités douces, sans sauts ni impacts. Dans ce cas, il n’est pas nécessaire de privilégier un fort maintien. On pourra accorder plus d’importance au confort avec des modèles sans couture et aux bretelles larges. En revanche, d’autres impliquent des chocs répétés et c’est la raison pour laquelle les femmes pratiquant le running, le tennis, le VTT ou certaines activités de fitness (Body Attack, Zumba …) ont plutôt intérêt à se procurer un soutien-gorge ou une brassière offrant un maintien optimal avec des coutures bien placées pour soutenir les seins.

Je ne me suis achetée qu’une brassière de sport pour des raisons financières et en optant pour un modèle qui assure un excellent maintien, je peux ainsi pratiquer toutes sortes d’activités sans me prendre la tête. Le marché de l’équipement sportif nous propose un choix considérable mais certains critères peuvent orienter notre décision. Les brassières conviennent plutôt aux petites et moyennes poitrines et elles s’arrêtent d’ailleurs le plus souvent au bonnet C. En revanche, le soutien-gorge est plus adapté aux poitrines généreuses car il offre davantage de profondeur et garde un très bon maintien des seins avec ses bonnets préformés.

Une fois trouvée la bonne forme pour son activité et la taille de son bonnet, d’autres éléments peuvent nous guider dans le choix du modèle. Certains proposent un système de fermeture situé à l’avant alors que d’autres nous permettent de moduler les bretelles pour s’adapter à la forme du débardeur. Difficile de ne pas remarquer que nous n’avons que l’embarras du choix (et bien plus encore …). Quoiqu’il en soit, l’essayage est une étape à ne pas négliger. C’est le meilleur moyen de vérifier si la taille est adaptée, si la forme et le maintien nous conviennent. Le sein ne doit être ni trop serré ni trop lâche dans son bonnet mais le reste n’est qu’une affaire de sensations. Je n’hésite pas à me mettre en situation en effectuant des petits sauts et des mouvements de bras pour m’assurer que je fais le bon choix. Il ne faut pas non plus hésiter à essayer plusieurs modèles pour comparer.

Nous pouvons nous procurer des brassières de sport pour une quinzaine d’euros mais si votre budget vous le permet, je vous recommande d’investir dans un équipement vraiment adapté. Il faut compter entre 40 et 60 euros pour acheter un soutien-gorge ou une brassière de sport de bonne facture. J’ai une poitrine de taille moyenne et je me sens aussi plus à l’aise dans mes mouvements en portant une brassière (je ne jure que par la marque Anita Active mais d’autres font tout aussi bien l’affaire) mais cette dernière a une durée de vie moins longue qu’un soutien-gorge. Elle doit effectivement être remplacée tous les 6 mois dans la mesure où elle perd assez rapidement en élasticité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s