Le temps est assassin, Michel Bussi

Je ne vous avais pas encore confié que je suis attirée par les îles et c’est probablement une des nombreuses raisons pour lesquelles j’ai été transportée par mon voyage littéraire en Corse aux côtés de Michel Bussi. De quoi parle le roman qui a tant fait vibrer mes vacances passées sous le soleil brûlant de la Côte d’Azur ? Clotilde Idrissi, revient sur l’île de beauté, vingt-sept ans après l’accident de voiture qui a coûté la vie à ses parents et à son frère aîné. Le retour aux sources s’avère plus mouvementé qu’elle ne l’avait imaginé puisque les nouveaux locataires du bungalow que sa famille occupait à l’époque, lui remettent un mystérieux courrier qui ébranle toutes ses certitudes. En reconnaissant l’écriture de sa mère, Clotilde ne peut croire au miracle et pourtant, diverses pistes la persuadent progressivement du contraire : Palma aurait-elle survécu à l’accident ? Sa mémoire d’adolescente lui jouerait-elle de vilains tours ? Elle décide alors de repartir sur les traces du passé, faisant fi de l’omerta qui semble régner dans la région autour du tragique événement.

Michel Bussi prend le temps d’instaurer un climat pesant reflétant l’ambiance insulaire de la Corse avec toute la fierté et l’amour des secrets bien gardés qui la caractérisent. Je n’ai néanmoins ressenti aucune longueur dans le récit tant son intrigue, aussi sinueuse que les routes corses, contient tous les ingrédients nécessaires pour faire tourner le lecteur en bourrique. Je me suis révélée incapable de dénouer les pièges et distinguer clairement les fantasmes de la réalité dans la mesure où Michel Bussi ne cesse de multiplier les fausses pistes pour nous faire croire tout au long du récit que nous avons trouvé l’identité du coupable avant qu’il ne nous expose irréfutablement son innocence. Il a clairement mis mes nerfs à rude épreuve car même si j’ai été amenée à lire des récits au rythme plus palpitant (vous n’y trouverez effectivement pas une succession de rebondissements et révélations à chaque chapitre …), l’enquête menée par Clotilde n’a cessé de me maintenir en haleine.

Je vibrais autant que le personnage principal pour découvrir la vérité. Je voulais absolument savoir si sa mère était vivante en recherchant avidement les indices susceptibles de m’éclairer sur les circonstances de l’accident. Michel Bussi nous entraîne donc au fin fond des paysages corses et d’une intrigue bien plus complexe qu’on pourrait se l’imaginer. Le lecteur n’échappe pas à certains clichés et facilités, surtout en ce qui concerne les personnages secondaires, mais j’ai été heureuse de constater que cette mystérieuse affaire n’est à aucun moment confiée aux mains de la police. Elle est certes classée depuis longtemps mais nous apprenons que les Corses préfèrent se faire justice eux-mêmes, surtout quand ils sont de la même trempe que Cassanu Idrissi.

Je reconnais que la révélation finale manque de crédibilité et frôle le sensationnel mais elle n’en demeure pas moins émouvante et magistrale. Le retour aux sources de Clotilde sur l’île de beauté a inexorablement des allures de thriller mais il engage aussi une ébauche de réflexion sur les rapports mère-fille à l’adolescence, les illusions et les ravages du temps. La magie de Michel Bussi ayant opéré avec son dernier roman, j’ai placé la barre tellement haut qu’il ne me reste plus qu’à espérer que je sois aussi enthousiaste à la lecture de son prochain livre.

FiveStars

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s