Cap sur l’huile végétale de coco

lait-de-coco-maison2

L’huile végétale de noix de coco est apparue dans ma routine beauté quelques années avant qu’elle ne devienne un phénomène de mode. Sa côté de popularité est récemment montée en flèche alors qu’elle a souffert pendant longtemps d’une piètre réputation. La noix de coco étant principalement composée d’acides gras saturés, son huile était alors associée à un danger pour la santé cardiovasculaire. Or, elle contient une forte proportion d’acide laurique qui selon certains médecins, aurait pour effet de faire baisser le taux de mauvais cholestérol (LDL) tout en augmentant le taux de bon cholestérol (HDL).

J’ai mis du temps à l’utiliser en tant qu’ingrédient culinaire alors qu’elle règne en maître dans ma salle de bain depuis quelques années. On pense surtout à en faire un usage cosmétique mais l’huile de noix de coco est aussi très intéressante pour cuisiner. Le fait qu’elle soit solide à température ambiante est idéal pour faire de la pâtisserie. Elle peut être substituée au beurre dans les pâtes brisées et dans les recettes de biscuits, on peut aussi remplacer la quantité de beurre par environ 80% de la même quantité d’huile de coco. Je l’utilise surtout pour faire revenir des légumes et filets de poulet à la poêle mais en ayant un point de fumée (185°c) plus élevé que celui de l’huile d’olive et d’autres huiles végétales, elle est parfaite pour faire griller des aliments.

Je me suis d’abord tournée vers l’huile de noix de coco pour une raison très simple : j’adore le goût et l’odeur de son fruit. Au risque de paraître un peu ridicule en énonçant une vérité évidente, je rappelle toutefois qu’il est nécessaire de l’aimer pour la consommer. L’huile de noix de coco extra-vierge étant parfumée, elle apporte un goût assez prononcé aux aliments préparés. Elle peut donc surprendre ceux qui n’apprécient pas particulièrement sa saveur. Son goût exotique m’a immédiatement séduite mais j’ai aussi été sensible au fait qu’elle contient des propriétés renforçant le système immunitaire. L’huile de coco est l’huile la plus riche en acide laurique, un acide gras présent en grande quantité dans le lait maternel humain. Il est ainsi reconnu pour être un puissant antibactérien et antifongique  naturel.

L’huile végétale n’apporte pas d’eau à la peau mais forme une couche grasse permettant de bloquer celle qui est déjà présente dans l’épiderme. Le film hydro-lipidique est ainsi maintenue pour lutter contre les agressions extérieures. On dit que l’huile de noix de coco peut être utilisée comme un produit de beauté pour pratiquement toutes les parties du corps, partout où la peau ayant perdu de sa souplesse, a besoin d’être nourrie.

Je m’en sers quotidiennement toute l’année car chaque saison met son état à rude épreuve. Elle a fortement tendance à desquamer en hiver à cause des basses températures et du frottement des vêtements alors que les beaux jours arrivant, le soleil, le chlore et le sel de la mer se chargent de lui donner un aspect de peau de crocodile si je n’en applique pas au minimum deux fois par jour. En faisant du sport quasiment quotidiennement, je passe beaucoup de temps à m’épiler, quelle que soit la saison. Je me sers alors de l’huile de coco pour enlever les résidus de cire, calmer les rougeurs et apaiser les sensations d’irritation.

Je ne connais pas d’huile plus efficace pour hydrater le corps mais je ne suis pas aussi convaincue en ce qui concerne la peau du visage. Si l’huile de coco est pure et vierge, elle n’est à priori pas comédogène mais elle n’est pas adaptée aux peaux grasses. Si vous êtes concernées, je vous conseille plutôt les huiles de sésame, de rose musquée ou de jojoba qui régulent le sébum et resserrent les pores de la peau. Je ne suis pas concernée par l’eczéma atopique mais sachez qu’elle est efficace pour compenser la perte en eau provoquée par cette maladie chronique qui en asséchant et déshydratant considérablement l’épiderme, la rend malheureusement plus vulnérable au risque de colonisation du staphylocoque dorée.

Il existe mille et une façons d’utiliser l’huile de noix de coco et c’est la raison pour laquelle je ne témoignerai que de mon expérience. Je m’en sers pour hydrater mes cheveux. Sa forte teneur en acide laurique les nourrit en profondeur mais elle ne convient pas toujours aux cheveux crépus pour qui la grande quantité de cet acide gras provoque l’effet inverse de dessécher les fibres capillaires.

Les cheveux bouclés étant naturellement plus secs que les autres, je me fais régulièrement des masques à base d’huile de noix de coco que je laisse poser toute la nuit pour hydrater les pointes fragilisées par toutes sortes d’agressions extérieures. Elle est aussi un démaquillant efficace puisqu’elle vient à bout des mascaras les plus résistants. Il n’est pas nécessaire d’en appliquer sur un coton car pour l’avoir testé directement sur le visage en massant délicatement, j’ai remarqué que le maquillage disparaît avec une facilité déconcertante.

L’huile de noix de coco comporte de nombreux bienfaits mais toutes celles présentes sur le marché ne se valent pas. Il est indispensable, si vous souhaitez la consommer ou l’appliquer sur la peau, d’acheter une huile 100% pure, vierge et de préférence d’origine biologique. L’huile de noix de coco vierge est simplement extraite d’une pression à froid de la pulpe fraîche du fruit. On ne peut pas en dire autant de l’huile raffinée qui, en étant extraite de la pulpe séchée de la noix de coco (la coprah), a perdu la majorité de ses micronutriments (vitamines, oxydants, minéraux). Les huiles de coco de mauvaise qualité sont extraites à l’aide de solvants chimiques qui les dénaturent complètement et transforment aussi ses acides gras en graisse hydrogénée. Je vous recommande donc de les acheter dans les magasin bio ou de vous tourner vers celles d’Aroma Zone qui sont d’excellente qualité.

Veillez aussi à ce que votre huile soit stockée dans un contenant en verre. Les huiles végétales sont très poreuses et absorbent facilement les composants chimiques du plastique alors que le verre n’a aucune incidence sur les produits qu’il renferme. L’huile de coco contient plus d’antioxydants que la plupart des autres huiles et se conserve ainsi plus longtemps. Après avoir ouvert le pot, il est toutefois indispensable de la préserver dans un endroit frais et ne vous inquiétez pas si elle devient très solide au réfrigérateur. Sa forte teneur en graisses saturées explique la raison pour laquelle elle ne peut pas rester liquide en toutes circonstances comme les huiles de colza et d’olive.

L’huile de coco a beau être riche en bienfaits, elle n’est en revanche pas un produit miracle. Elle reste particulièrement intéressante pour un usage culinaire mais s’il vaut mieux éviter de consommer régulièrement les huiles de tournesol, de pépins de raisin et de germes de maïs qui contiennent une trop grande quantité d’oméga 6, celles de colza et d’olive sont également recommandées par les nutritionnistes. Je suis convaincue qu’il est indispensable de consommer d’autres huiles, notamment des acides gras insaturés, qui restent une valeur sûre pour la santé de nos artères.

Aucune huile n’apporte tous les acides gras dont a besoin d’organisme et c’est la raison pour laquelle nous avons tout intérêt à les varier, les alterner et aussi parfois les mélanger. Seulement, toutes ne sont pas destinées aux mêmes usages car si on peut se servir de toutes les huiles pour assaisonner les plats, mieux vaut réserver les huiles d’arachide, de noix de coco et d’olive pour ce qui est de la cuisson. Sachez aussi que d’autres comme celles de colza et de noix peuvent être nocives avec la chaleur.

L’huile végétale de coco a un fort pouvoir nourrissant mais n’accomplit pas de miracle sur la peau et les cheveux. Si son odeur ne vous plaît pas, vous pouvez très bien la remplacer par les huiles d’argan ou d’amande douce qui luttent tout aussi efficacement contre le dessèchement et le vieillissement prématuré de la peau. Quelle que soit l’huile végétale que vous choisirez en fonction de vos préférences et de votre type de peau, n’hésitez pas à les substituer à vos produits hydratants habituels. L’huile de coco a sûrement une réputation surfaite car il n’existe aucun produit capable de contenter tous ses utilisateurs mais si elle est pure, vierge et d’origine biologique, vous êtes assurée qu’elle ne contiendra que de l’huile. On ne peut malheureusement pas en dire autant de la plupart de nos crèmes, gels et lotions qui sont riches en substances peu recommandables pour la santé de notre peau.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s