Le make-up et moi

Je constate aujourd’hui que plus le temps passe et moins je me maquille. Il m’arrive de sortir sans artifices alors que pendant des années, je n’ai pas supporté l’idée qu’on me voit sans maquillage. Les occasions sont rares mais je refuse par exemple de me maquiller pour faire du sport ou aller à la plage. Quand je vais à la salle de fitness après une journée de travail, je ne trouve malheureusement pas le temps de me démaquiller et n’ai pas d’autre choix que de laisser couler mon mascara. Le résultat n’est pas très glamour à la fin de la séance mais je me dis aussi qu’on est là pour transpirer et pas pour faire un défilé de mode. En revanche, je ne me maquille jamais lorsque je vais directement à la salle de sport. C’est une perte de temps et mieux vaut laisser les pores de la peau respirer à cause de tout le sébum qu’on produit pendant une séance. A la plage, se maquiller ne sert aussi strictement à rien. Cosmétiques et soleil ne font pas bon ménage et si le temps passé à nous farder les yeux nous empêchent de s’éclater dans les vagues salées, autant rester bronzer chez soi sur un transat.

Néanmoins, je ne serais pas honnête avec vous si j’écrivais que j’avais toujours pensé et agi de la sorte car sortir sans maquillage a été pendant longtemps inconcevable. Le constat était simple : je me trouvais moche et estimais que je n’ « étais pas moi » quand je n’avais ni le teint ni les yeux maquillés. A 27 ans, je me demande comment j’ai pu « ne pas me reconnaître » lorsque j’étais au naturel. Dix ans plus tôt, j’aurais dû au contraire hurler devant mon miroir à l’idée de sortir « peinturlurée » de cette façon. Je n’ai pas eu de sœur aînée pour me donner des conseils et ma mère ne m’a jamais montré comment il fallait que je procède pour éviter que les passants s’imaginent que je pouvais être la fille cachée de Casimir.

Mes premières expériences en termes de maquillage remontent à l’âge de 16 ans et je reconnais qu’elles ont été franchement catastrophiques. Je ne savais pas choisir le fond de teint adapté à ma carnation de peau. Il ne fallait pas que je prenne une teinte ivoire pour ne pas être aussi blanche qu’un cachet d’aspirine ou carmel pour ne pas ressembler à une mandarine bien mûre. Seulement, à l’époque, je ne prêtais pas attention à tous ces détails qui n’en sont pas vraiment si on ne veut pas avoir l’air ridicule. On voyait aussi la démarcation du fond de teint, dévoilant ainsi mon cou tout blanc au reste du monde. Je suis amusée quand je repense à cette époque où je ne savais pas encore me maquiller discrètement mais je le suis encore plus en constatant que ces erreurs se répètent au fil des générations.

A la sortie des lycées, je croise des jeunes filles qui seraient très mignonnes si le matin même, elles ne s’étaient pas tartinées d’épaisses couches de fond de teint trop foncées pour donner l’illusion d’être aussi hâlées pour un mois de novembre. Je n’ai néanmoins pas envie de me moquer d’elles parce que j’étais certainement motivée par les mêmes raisons : celles de vouloir dissimuler les boutons d’acné et d’avoir bonne mine.

Seulement, à cet âge-là, on ne sait pas encore que plus on s’applique des produits bourrés de silicone sur la peau et plus on a de boutons. Il faut la laisser respirer et penser à l’hydrater matin et soir. En l’exfoliant une fois par semaine avec un produit doux, on se débarrasse aussi des cellules mortes qui obstruent les pores et nous donnent un teint terne. J’ai appris à me maquiller le teint avec le temps mais je n’ai plus envie de le faire. ll y a deux ans, j’ai renoncé à acheter fond de teint, BB et CC Cream pour n’appliquer sur ma peau qu’un sérum et une crème hydratante. Je constate d’ailleurs que je n’ai jamais eu un teint aussi lumineux.

S’il n’est pas indispensable de se maquiller, il est plus délicat de faire l’impasse sur l’hydratation car on ne peut pas réussir son maquillage sur une peau qui n’est pas suffisamment nourrie. Dans ces conditions, celui-ci ne restera jamais intact toute la journée et votre peau étant déshydratée, le fond de teint risquera de provoquer des plaques sèches sur le visage. J’ai mis du temps avant de sortir sans avoir le teint maquillé et je me rappelle qu’au début, certaines personnes me faisaient remarquer que j’étais plus pâle que d’habitude. J’avais alors envie de leur répondre que c’était normal puisque je n’étais pas maquillée. Elles se sont pourtant rapidement habituées à me voir avec une peau blanche en hiver, bronzée en été et il n’y a finalement rien de plus naturel.

Je me suis donc désintoxiquée de cette habitude mais ne conçois pas de sortir de chez moi sans avoir les yeux maquillés. Ne faisant pas partie de ces filles qui maîtrisent l’art des pinceaux comme des professionnelles, je ne cherche pas à être sophistiquée pour ne pas prendre de risques. J’ai définitivement renoncé au smoky qui en fin de journée, me faisait davantage ressembler à un panda qu’à une actrice sélectionnée pour monter les marches du festival de Cannes. Un trait fin de crayon noir et un peu de mascara suffisent à me convaincre qu’ils mettent en valeur mes yeux verts. Je ne me maquille pas la bouche dans la mesure où je ne supporte pas la texture des rouges à lèvres, et encore moins celle des gloss. Ils ne tiennent jamais longtemps, nous obligent à en remettre plusieurs fois au cours de la journée et il n’en faut guère plus pour me faire renoncer à en porter, même pour les grandes occasions.

Qui est pour ou contre le maquillage ? Là n’est pas la question. Je pense qu’il faudrait plutôt se demander combien de femmes ne se sentent pas obligées de se maquiller pour avoir l’air « présentable » aux yeux des autres. Il ne s’agit pas de rejeter le maquillage en bloc car on peut juste aimer se maquiller en passant un moment agréable devant son miroir. C’est une façon de prendre soin de soi et le fait de s’accorder du temps pour se sentir belle est naturellement positif. En revanche, il est grand temps de s’accepter et d’assumer qu’on peut parfois ne pas avoir envie de se maquiller. Accepter d’avoir les yeux cernés, le teint brouillé, les paupières un peu gonflées après une nuit de sommeil agité. Ce n’est pas une insulte à l’humanité. Il s’agit seulement de soi, au naturel et tel qu’on devrait s’aimer aussi.

En ce qui me concerne, je continue à me trouver « bizarre » sans maquillage mais ne complexe plus. J’ai dépassé le stade où je n’arrivais pas à passer une journée entière sans être maquillée. Or, s’il pleut des cordes et qu’on n’a pas prévu de sortir, à quoi bon faire prendre l’air à son tube de rouge à lèvres et à son flacon de fond de teint ? Chéri m’aime aussi bien maquillée que sans artifices et c’est ce qui compte pour moi. Si ma voisine était amenée à me croiser dans les couloirs de la résidence sans maquillage, je ne me dirais pas non plus que je risque de mourir foudroyée sur le champ, tant que je devrais avoir honte de sortir « dans un état pareil ». Cette époque est définitivement derrière moi et j’en suis fière, même si je suis convaincue que plus on mûrit et plus on apprend à s’accepter tel que l’on est.

Publicités

4 réflexions sur “Le make-up et moi

  1. Une Occidentale en Chine dit :

    C’est un beau texte. Même en ayant été blogueuse beauté (dans ma jeunesse) je n’ai jamais pensé une telle chose et j’en suis contente car je sais que ça peut être difficile d’avoir ce genre de pensée. Je me maquille toujours mais je fais désormais plus attention à ma peau et la fait passer avant mon maquillage. C’est ça de s’être trop foutu de produits sur la gueule…
    Mais c’est vrai que le maquillage donne une certaine confiance en soi

    Aimé par 1 personne

    • mangoandshamallow dit :

      Merci ! 🙂 Un maquillage bien fait met un visage en valeur mais depuis deux ans, je privilégie les soins aux produits de beauté, même si je continue de me maquiller. Sérum, crème hydratante, exfoliant enzymatique et masque font désormais partie de mes indispensables. Je n’achéte plus de fond de teint parce que l’immense majorité sont bourrés de produits chimiques qui ne font qu’obstruer les pores et accélérer le vieillissement de la peau. C’est génial que tu n’aies jamais complexé à l’idée de sortir sans maquillage parce qu’en principe, on préfère « se camoufler » quand on est ado. Tu étais sûrement plus mûre que la plupart d’entre nous sur le sujet 🙂

      J'aime

  2. Madame Plus dit :

    Salut, super article comme toujours. Je pense qu’il s’agit d’une certaine maturité et d’une prise de conscience qui finit par s’acquérir avec le temps. L’image que l’on donne de soi et le regard des autres est très important quand on est plus jeune (on essaie de se faire une place, d’être accepté bref). Le maquillage permet alors d’avoir une meilleure confiance en soi… mais c’est vrai qu’avec l’âge et le temps… c’est bien de prendre du recul et de réaliser que ce qui est le plus important est qu’on se sente juste bien dans notre peau.
    Moi-même, j’ai eu une époque d’addict aux cosmétiques et je suis contente d’avoir désormais la même opinion que toi.
    Je pense que c’est normal, ça s’appelle grandir.
    En tout cas c’est toujours un plaisir de te lire, passe une bonne journée!

    Aimé par 1 personne

    • mangoandshamallow dit :

      Je suis toujours très touchée quand je lis que mon blog plaît. Merci beaucoup, en tout cas 🙂 Je pense aussi que le fait de ne plus se « cacher » derrière le maquillage est une preuve de maturité. Certaines femmes continuent de le faire avec autant de rigueur, soit parce qu’elles adorent se maquiller (c’est une passion) soit parce que c’est leur métier. Les esthéticiennes et les vendeuses en parfumerie sont toujours très maquillées (un peu trop à mon goût pour certaines). En général, on s’assume davantage avec le temps et plus on avance et plus les priorités changent aussi.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s