Les films d’horreur qui m’ont marquée : L’Exorciste, William Friedkin #1

Je souhaitais consacrer, en tant qu’inconditionnelle des films d’horreur depuis la préadolescence, un article sur un des longs-métrages d’épouvante qui m’a le plus marqué (ce n’est aussi que le début d’une petite série). La grande majorité d’entre eux ne datant pas d’aujourd’hui, on se rend compte qu’il n’est pas nécessaire que le film soit truffé d’effets spéciaux à couper le souffle pour marquer les esprits. Parmi les bijoux du cinéma horrifique, il y en a un qui est gravé dans ma mémoire au fer rouge. Il s’agit de L’Exorciste de William Friedkin.

Ce film qui est d’abord entré dans l’imaginaire collectif par les malaises en série qu’ils provoquaient lors des premières projections, est devenu, après ce choc cinématographique ( il avait tellement marqué les esprits à l’époque qu’il était au cœur de nombreux sujets de conversation), une référence absolue du cinéma de genre. On ne s’évanouit plus en le regardant mais les réalisateurs hollywoodiens ont bien tenté en vain de s’en inspirer. La plupart n’auront pourtant donné naissance qu’à de pâles copies, des ersatz de l’oeuvre original. A l’exception de L’Exorciste, je fuis désormais les films parlant de possession car les scénaristes usent le concept des jump scare jusqu’à la corde pour tenter de dissimuler des scénarios extrêmement prévisibles. Or, ce n’est pas parce qu’un monstre apparaît soudainement à l’écran avec une petite musique qui va bien, que je raconterais à mon entourage que le film en question m’a fait peur. Beaucoup m’ont fait davantage sourire que frissonner alors que la force de L’Exorciste s’exprime dans le fait que malgré les années qui passent , l’oeuvre ne parvient toujours pas à se banaliser.

Ce film est une magnifique leçon de cinéma d’ambiance qui trouve son équilibre entre les scènes très dures exposant le corps de Regan mutilé et souillé (les jets de vomi sont d’ailleurs devenus la marque de fabrique de L’Exorciste !), les dialogues incisifs et l’exorcisme en lui-même qui n’est pas seulement le moyen de lutter contre la possession rongeant progressivement le corps et l’âme de la fillette (qu’est-ce qu’elle devient ignoble !) mais plutôt comme celui de tenter de convaincre le patient qu’il est susceptible de guérir. La possession de Regan pourrait alors être considérée comme une métaphore de la maladie mentale et le film, un message d’espoir qui puise surtout sa force dans la succession d’épreuves. A ce propos, le rôle du père Merrin reste pour moi le plus intéressant d’entre tous car malgré le fait qu’il soit usé par sa lutte entre les forces du mal et sa fonction religieuse, il ne lâchera pas jusqu’à ce que Regan soit délivrée de l’emprise du démon.

Le scénario est plus profond que dans la plupart des films d’horreur tandis que la mise en scène est aussi une des plus minimalistes. Les choix de lumières de Friedkin tendent à montrer comment le Mal s’immisce dans la maison de Regan et détruit chaque nuance de couleur qui illumine son existence. On peut même penser que la bobine ne datant pas d’aujourd’hui affiche des couleurs ternes et un peu délavées alors qu’il s’agit en réalité, d’un véritable choix artistique. Ces effets d’ambiance si particuliers ont d’ailleurs forgé le style des films d’horreur cultes des années 70 et 80.

L’Exorciste est donc resté gravé dans la mémoire des spectateurs, qu’ils soient friands ou non de films d’épouvante, mais savez-vous comment le scénario a vu le jour ? Il est inspiré d’une histoire soit-disant vraie, celle de Roland Doe. En 1949, alors que William Peter Blatty n’était encore qu’un étudiant, il a découvert un article du Washington Post racontant l’histoire d’un adolescent de 14 ans, qui surnommé Roland Doe par l’église catholique, aurait été possédé par le démon avant d’être exorcisé. Fasciné par le sujet, William Peter Blatty a écrit L’Exorciste qui paru en 1971, a rencontré un franc succès.

L’adaptation de Friedkin reprendrait très fidèlement les grandes lignes du roman mais alors que j’ai tant apprécié le film, je n’ai pas encore lu l’oeuvre originale. Je vais toutefois rattraper le temps perdu puisque je me suis très récemment procurée le livre de William Peter Blatty et ne manquerai pas de faire une chronique sur cette lecture qui me semble si prometteuse. Le temps a beau s’écouler, le film n’a (presque) pas pris une ride alors que d’autres, sortis bien plus récemment au cinéma, me paraissent déjà tellement obsolètes.

Publicités

15 réflexions sur “Les films d’horreur qui m’ont marquée : L’Exorciste, William Friedkin #1

  1. Une Occidentale en Chine dit :

    Perso la seule et unique fois que je l’ai vu, je l’avais loué dans un Vidéo Club tendre jeunesse !, je me suis sentie pas bien pendant 1 mois alors que c’était dans l’après-midi ! Je suis allée rendre le DVD le lendemain même car j’étais persuadé qu’il était possédé !

    Aimé par 1 personne

  2. mangoandshamallow dit :

    Pas mal l’anecdote ! 😉 Je l’ai découvert dans un contexte plus « classique » (chez mes parents en DVD) et sur le tard puisque j’avais déjà 19 ans. Tu avais quel âge ? parce que ça date les vidéos club ! 🙂

    J'aime

  3. mangoandshamallow dit :

    Ce serait dommage parce que c’est un sacré moment de cinéma 🙂 Il ne fait plus aussi peur qu’à l’époque mais je reconnais que beaucoup de films d’horreur actuels ne lui arrivent pas à la cheville. Seuls 2 films assez récents m’ont marqués mais je ne révélerai pas les titres aujourd’hui pour la simple et bonne raison que j’aimerais aussi y consacrer des articles 😉 Merci d’être passée sur mon blog 😀

    J'aime

  4. Yuko dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec ton article, c’est pour moi LE film d’horreur le plus marquant que j’ai vu. Une vraie pépite cinématographique. J’ai aussi beaucoup aimé l’ambiance et les personnages qui marquent vraiment profondément, le prêtre bien sûr mais aussi la mère de la fillette.. Un peu dans cette même veine, disons qui traite d’exorcisme, j’avais beaucoup aimé Requiem de Hans-Christian Schmid. Ce n’est pas un film d’horreur comme l’Exorciste mais c’est une oeuvre qui interroge sur les frontières entre la possession et l’éventuelle maladie (épilepsie notamment) je ne peux que te le conseiller même si je le répète, ce n’est pas un film d’horreur.

    Aimé par 1 personne

  5. cassy37 dit :

    Les films d’horreur, c’est pas du tout mon truc ! L’Exorciste est donc un des seuls que j’ai vu (et aimé), parce qu’il n’est pas trop gore. Oui, à partir du moment où y a trop de sang et de boyaux partout, je pleure haha !
    Mais celui-là, j’ai beaucoup apprécié. L’ambiance est terrifiante, on sursaute, mais on est captivés par l’histoire… Je ne l’ai vu qu’une seule fois, mais j’ai bien envie de le revoir 🙂

    Aimé par 1 personne

  6. mangoandshamallow dit :

    J’ai beau l’avoir vu plusieurs fois, certaines scènes continuent de faire leur petit effet. Le top, c’est de le regarder le soir, les rideaux tirés et dans l’obscurité la plus totale 😉

    J'aime

  7. Sweet Judas dit :

    Intéressant, je ne savais pas que le film était tiré d’un livre… Ça me donne envie de le lire, avant d’oser appuyer sur lecture (ce n’est pas tant l’oeuvre cinématographique en elle-même qui m’effraie, davantage la musique… Rhâ ces notes au piano, ça me fout la chair de poule en moins d’un centième de seconde !).

    Aimé par 1 personne

    • mangoandshamallow dit :

      La musique contribue effectivement à mettre la frousse ! Je n’ai jamais entendu une musique aussi prenante et angoissante dans un film d’horreur. Elle est même devenue mythique.

      J'aime

    • mangoandshamallow dit :

      Le film fait peur pour son ambiance mais tu ne verras pas de scènes « trash ». Certaines scènes peuvent marquer mais ce ne sera pas à cause du flot d’hémoglobines 🙂 En un mot : fonce, c’est un chef d’oeuvre !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s