La pleine conscience au quotidien

M’asseoir, plaid moelleux jeté sur les épaules, coussin sur mes jambes repliées en position de lotus et mains délicatement posées dessus. Inspirer, expirer, recommencer et me reconnecter au moment présent l’espace de 5 à 10 minutes. Cela fait désormais 7 mois que je me suis lancée dans la méditation, après en avoir acquis les bases au cours de mes séances de sophrologie. Le concept est simple sur le papier alors que la plus grande difficulté que j’ai rencontrée (et qui réapparaît encore quelquefois) a été de passer d’une pratique en pointillés (j’avais tendance à ne plus méditer les jours où « tout allait bien ») à une pratique régulière puis quotidienne. Il est aussi éprouvant de s’asseoir et de simplement se reconnecter à soi, en se focalisant uniquement sur sa respiration et ses sensations, surtout lorsque celles-ci sont négatives. C’est probablement ce que la pleine conscience a de plus effrayant car il est difficile d’affronter ce que l’on essaie d’ignorer, de refouler ce stress qui nous agace depuis quelque temps, de se confronter à l’écart entre la personne que l’on voudrait être et celle que l’on est le plus souvent.

Je souhaite aujourd’hui partager avec vous les moments où méditer a l’impact le plus positif sur moi ainsi que tous les petits gestes du quotidien dans lesquels on peut, même l’espace de quelques minutes, être à l’écoute du va et vient de l’air qui gonfle nos poumons, infuser un peu de pleine conscience pour faire retomber la pression ou tout simplement profiter un peu mieux de l’instant présent. On n’a pas besoin du cours de méditation du mardi soir pour lâcher prise car la pleine conscience se glisse un peu partout dans le quotidien. Si elle est pratiquée jour après jour, elle peut devenir une alliée de choix pour ne pas se laisser submerger par une situation délicate, profiter d’un moment que l’on souhaiterait savourer et ralentir notre quotidien effréné pour revenir au centre.

J’ai récemment été obligée de prendre une décision très importante dans le cadre professionnel. Ma direction m’avait promis (sans que rien n’ait été toutefois signé) que mon contrat se prolongerait jusqu’à avril 2017 et à trois semaines de la fin de mon contrat actuel, j’ai été convoquée pour apprendre que ce ne sera finalement pas possible en raison d’un important déficit budgétaire. J’ai pris une sacrée douche froide ! Je m’étais tellement investie pendant un an et demi au sein de cette entreprise ! J’aimais aussi beaucoup mon travail et la plupart des collègues avec lesquels j’avais crée bon nombre de projets collectifs. J’étais effondrée. On m’a toutefois fait une proposition qui me permettrait de rester dans le réseau mais après avoir analysé la situation dans tous les sens et recueilli le ressenti des collègues qui sont déjà sur le terrain, j’ai préféré décliner l’offre. Ce fut un choix difficile mais quel est le rapport avec la pleine conscience ? Après avoir passé le début de soirée à pleurer, je me suis installée sur le canapé pour « faire le vide dans ma tête » pendant 25 minutes (je n’avais encore jamais médité aussi longtemps). J’en suis ressortie apaisée car je sentais que j’avais la « bonne solution ». Après en avoir parlé longuement avec mon conjoint, mon choix s’est confirmé comme une évidence.

Cette histoire est encore très récente, je suis parfois encore submergée par l’émotion mais je suis certaine d’avoir choisi la solution qui me convenait, même si replonger dans les candidatures spontanées ne m’enchante pas le moins du monde. Après avoir passé un an et demi à soutenir des personnes en recherche d’emploi, je me retrouverai de l’autre côté de la barrière à partir du mois prochain (quelle ironie … !). La vie peut sembler triste mais j’essaie de voir mon départ comme une opportunité. Je consacrerai un article à ce sujet car même s’il a un lien étroit avec la méditation, je préfère toutefois me focaliser aujourd’hui sur la pleine conscience au quotidien. Je trouve que certains moments de la journée sont idéaux pour renforcer ses bienfaits mais cela reste avant tout une affaire personnelle.

  • En marchant 

Quand je prends les transports en commun, je préfère m’arrêter deux stations avant pour marcher que de continuer en tramway ou en bus. C’est aussi le moment que je préfère pour méditer. Je profite de mes trajets à pied pour me recentrer, être à l’écoute de ma respiration, de mon environnement et cela me détend à chaque fois.  Je suis passionnée de randonnées en montagne et être en contact de la nature est ce qui m’apaise le plus. La ville a ses avantages mais je reconnais que je ne pourrai plus vivre entourée de bitume ( ça a été le cas pendant trop longtemps !) et engloutie en permanence par le stress citadin (et encore, je ne vis pas à Paris !).

  • Au travail 

Je profite des rares temps creux pour me recentrer. Il m’arrive même de fermer les yeux quelques instants pour « faire le vide » avant de me reconnecter à mes obligations. Je suis en permanence sollicitée par les demandeurs d’emploi qui viennent sans rendez-vous, les appels téléphoniques, les collègues …  et ressens souvent le besoin de me déconnecter des petits tracas du boulot.

  • En cuisinant

La cuisine a toujours été synonyme de détente pour moi. Je n’ai pas un gros appétit, ne suis pas spécialement gourmande de mets sucrés et pourtant, j’aime beaucoup me mettre derrière les fourneaux pour créer et faire plaisir à ceux que j’aime. Je pense aussi que je pratiquais la pleine conscience sans le savoir car cuisiner demande de respecter et d’être attentif à chaque étape. Je savoure le mélange des odeurs, des couleurs et me sens détendue.

  • En faisant du sport

Je pratique entre 5 à 8 heures de sport par semaine en ne prenant en compte que les heures consacrées au fitness et à la course à pied. Quand le temps s’y prête, je pars souvent faire une randonnée en montagne avec mon chéri. En été, on y part la journée. Pendant les cours collectifs de fitness, la musique est trop forte et l’ambiance trop « agitée » pour que cet environnement se prête à la pratique de la pleine conscience (excepté le Body Balance). En revanche, j’y parviens sans mal en courant, ce qui est assez logique puisqu’en pratiquant la course à pied, on se concentre sur sa respiration, ses foulées et la position de son corps. J’ai appris à adapter mes efforts et à suivre le rythme de mon corps plutôt que celui de ma tête (cela ne s’est pas fait en un jour). J’ai vite remarqué que pendant une séance de running, je ne me laissais (presque) jamais envahir par des pensées négatives. Je me déconnecte des tracas du quotidien pour me projeter dans ce que j’aimerais faire : nos prochaines vacances en amoureux, la randonnée que j’attends de faire depuis quelques semaines … Ces pensées surviennent naturellement et je me rends compte aussi que plus je cours longtemps et plus mon enthousiasme grandit (vive les endorphines ! 🙂 ). C’est ce que les médecins nomment l’ivresse du coureur de fond. Elle ne se manifeste pas à chaque séance car il y a des moments où notre corps est plus fatigué mais plus on pratique la course à pied, plus on a de chances de profiter des bienfaits des hormones du bonheur.

  • Sous la douche

Je ne peux pas me passer de la douche au réveil. Je me relaxe avant de plonger dans l’effervescence de la journée de travail avec des textures et des parfums agréables.

  • En cas de conflit

Je vis dans un environnement calme alors que celui de mon travail ne l’est pas toujours. Les demandeurs d’emploi arrivent parfois dans nos bureaux en étant déjà sur les nerfs et on sait que dans ces cas-là, il en faut très peu pour déclencher l’agressivité voire le conflit. Souffler avant de se plonger dans une discussion qui peut être houleuse est nécessaire pour ne pas prononcer des paroles qu’on pourrait regretter et cette astuce est valable dans la vie de tous les jours. J’ai aussi mis du temps avant de prendre du recul en me disant que la personne en face de moi ne m’en voulait pas personnellement. Les demandeurs d’emploi en veulent généralement au système. On a beau être en désaccord mais si chacun se sent écouté, le conflit s’amenuise assez rapidement.

Est-ce que vous pratiquez la pleine conscience au quotidien ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s