[Avis] : Deadpool, Tim Miller

Aller voir Deadpool au cinéma n’était pas mon idée mais plutôt celle de mon copain qui est fan de l’univers de Marvel. Je n’aime pas particulièrement les super-héros et tout ce qui s’en rapproche. En revanche, j’ai beaucoup aimé regarder Spider-Man parce que je trouvais que Tobey Maguire avait su rendre son personnage touchant ( une caractéristique qui n’émeut pas forcément la gente masculine quand elle regarde ce genre de films 😉 ) et Iron-Man pour l’humour de Robert Downey Jr. Et justement c’est ce qui m’a plu dans Deadpool : l’humour ! (même si j’expliquerai quelques paragraphes plus loin que je m’en suis aussi un peu lassée). Les vannes sont souvent graveleuses mais j’ai été ravie d’assister aux aventures d’un héros qui n’a pas les chevilles aussi grosses que le One World Trade Center et ne veut pas sauver la planète à tout prix. A vrai dire, Deadpool n’a rien d’un héros mais commençons d’abord par son histoire.

Wade Wilson est un mercenaire qui arrondit ses fins de mois en cassant la figure à tous ceux qui ne l’ont pas volé. Votre voisin vous harcèle ? Wade va se charger de lui en faire passer l’envie. Cette vie lui convient parfaitement jusqu’à ce qu’il rencontre Vanessa, une prostituée aussi déjantée que lui, qui va bouleverser son quotidien. Ils tombent amoureux, notre anti-héros qui ne sait pas encore qu’il en est un, voit la vie en rose mais l’existence n’étant pas un long fleuve tranquille, Wade va apprendre qu’il est atteint d’un cancer incurable. Prêt à tout pour vaincre la maladie, il se prête à une expérience très douloureuse organisée par des sadiques de la pire espèce qui profitent du désespoir des autres. Celle-ci est censée pouvoir le guérir et après avoir été torturé pendant plusieurs jours, Wade développe alors un incroyable pouvoir qui va certes le débarrasser de son cancer mais aussi le défigurer.

Chronique cinéma Deadpool

Wade et son pouvoir d’immortalité (Deadpool) se lancent aux trousses du responsable de son état pour le contraindre à réparer les dégâts. En quoi est-ce que Deadpool est un anti-hèros ? Justement parce qu’il ne fait équipe qu’avec sa pomme. Il veut juste réparer « cette face de calzone au chorizo » (ce sont ses termes !), reprendre la vie qu’il a laissé et peu importe si ceux qui croisent son chemin subissent quelques dommages collatéraux. Il va néanmoins devoir compter sur les pouvoirs de deux X-Men pour retrouver Francis et lui faire mordre la poussière.

deadpool-dmc_2670_v068_matte-1045_rgb-0-0

Deadpool est un Marvel qui sort de l’ordinaire grâce au caractère loufoque de son anti-héros. Seulement, l’humour de Wade Wilson constamment situé en dessous de la ceinture, finit par ne plus réserver de surprises. J’ai beaucoup ri pendant la projection mais en raison de son humour gras et exagéré, j’ai tout de même ressenti une certaine lassitude à la fin du film. En revanche, j’ai adoré que Deadpool prenne le spectateur à partie et tacle son propre film (le générique de début était très réussi sur ce coup-là) . J’ai aussi senti que Ryan Reynolds se sentait très à l’aise dans son rôle. Il fait même preuve d’autodérision en écorchant son interprétation dans le désastreux Green Lantern. Deadpool casse aussi les codes du genre sans oublier d’envoyer valser les grands méchants à coups de scènes spectaculaires.

Je recommande donc les aventures de Wade Wilson à tous ceux qui ressentent le besoin de se vider la tête car il va de soi qu’il vaut mieux ne rien prendre au sérieux et jouer du second  troisième degré pour apprécier le film. On rit beaucoup … à condition de mettre son cerveau sur « off ».

Fourstars1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s