[Avis] Creed : L’héritage de Rocky Balboa

Faut-il encore présenter Rocky Balboa ? Devenu un mythe du cinéma américain, le boxeur culte de Philadelphie a traversé des décennies avec pas moins de 6 films à son actif. Seulement, avec ce spin-off de Rocky, le personnage qui collera à jamais à la peau de Sylvester Stallone n’est plus au centre de l’action pour laisser la place à son jeune et talentueux successeur. En guise de nouveau héros, Adonis, fils illégitime d’Apollo Creed, élevé de foyer en foyer, s’exprime surtout avec ses poings. Lié à son père par l’amour, la haine et la tristesse, il lâche son job dans la finance pour se lancer lui aussi, dans une carrière de boxeur. Il part à la recherche de Rocky, dont il a tant entendu parler mais qui refuse d’abord de l’entraîner. La mort d’Apollo, sous les coups d’Ivan Drago, survenue il y a 30 ans, est un traumatisme encore vivace, même si Adonis n’a jamais connu son père. Rocky, déjà veuf, a perdu son beau-frère Paulie, et son fils, avec qui les relations se sont dégradées, est parti vivre loin de Philadelphie. L’ancien boxeur passe aussi son temps à arpenter le cimetière où repose Adrian.

AR-AL308_CREED_P_20151111103214

La rencontre entre Rocky et Adonis est celle de deux hommes blessés qui vont panser ensemble leurs plaies et se promettre de ne pas se laisser submerger par leur instinct de mort. Néanmoins, il est temps de « tuer » Rocky (c’est une image) car Adonis doit s’accomplir. Sur le sujet, le film est émotionnellement riche. Sylvester Stallone a fendu sa carapace pour dévoiler un Rocky vieilli et bien fatigué qui parvient toutefois à trouver l’énergie pour passer le flambeau à ce nouvel espoir de la boxe qui devient assez rapidement son fils de substitution.

Je reproche à certaines scènes d’être un peu trop mélodramatiques mais reconnais aussi que Sylvester Stallone m’a parfois ému aux larmes. Je n’ai donc pas été étonnée quand j’ai appris que l’acteur avait reçu un Golden Globe (le tout premier de sa longue carrière !) en tant que Meilleur Acteur dans un Second Rôle. A ses côtés, Michael B.Jordan a réalisé une prestation sans failles dans la mesure où il porte le film avec une conviction et une énergie bouillonnante qui emporte tout sur son passage. Le film est aussi une grande réussite sur le plan esthétique. Ryan Coogler a rendu un bel hommage à la boxe en mettant en scène un combat final époustouflant qui vaut presque à lui seul d’aller voir le film sur grand écran pour vibrer avec les personnages. Les coups sont secs, les respirations violentes. La séquence n’est pas trop démonstrative et pourtant, l’immersion est totale. La fin est aussi exceptionnelle et très riche en émotions. Chacun peut l’interpréter à sa façon mais en ce qui me concerne, je préfère laisser Rocky s’en aller. Le flambeau est passé.

 

FiveStars

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s