Mes astuces contre l’anxiété

Le stress est un des plus grands maux de notre société, aussi commun que difficile à apprivoiser.  Le travail, les problèmes personnels et les difficultés conjugales sont souvent cités par les psychiatres comme étant les principaux facteurs de stress. En ce qui me concerne, c’est surtout le travail qui est à l’origine de mon anxiété. J’aime ce que je fais mais l’accompagnement d’un public difficile, la charge de travail importante et les récents changements d’organisation au sein de mon entreprise me mettent assez souvent les nerfs à vif. Ma vie professionnelle trépidante assortie d’un tempérament émotif et intransigeant envers moi-même me vaut quelques désordres physiques.

La prise de conscience de mon état m’avait déjà amenée à réajuster mon alimentation mais je me suis également intéressée de près aux mécanismes du stress pour essayer de combattre les désagréments qu’ils engendrent.

Etant de nature anxieuse, j’avais envie aujourd’hui de partager les astuces que j’ai adoptées depuis l’adolescence jusqu’à ces derniers mois pour mieux contrôler mes émotions et m’apaiser quand je ressens que la pression devient trop grande. Je suis convaincue que vous connaissez aussi ce genre de situations et espère donc que mes astuces pourront vous aider.

La respiration

C’est la technique la plus basique qui a aussi l’avantage de se pratiquer n’importe où et à n’importe quel moment de la journée. L’idée est de se concentrer quelques secondes sur ses sensations avant de relâcher tout l’abdomen en respirant profondément. Nous avons la fâcheuse tendance à mobiliser la poitrine alors que l’inspiration doit provenir du bas du ventre. On inspire l’air jusqu’à remplir ses poumons puis on marque une petite pause avant de l’expulser très progressivement. Quand on sent que les poumons sont complètement vides, on recommence autant de fois que nécessaire. Contrairement aux idées reçues, respirer n’est pas chose aisée. En ce qui me concerne, j’ai attendu de participer à des cours de sophrologie (deux fois par mois) pour apprendre à respirer. Je me suis alors rendue compte que j’avais souvent tendance à inspirer de façon saccadée voire à ne plus respirer du tout pendant quelques secondes quand je me sentais vraiment stressée. Désormais, je n’hésite pas à appliquer cette méthode chez moi, au travail ou dans les transports en commun car le fait de me concentrer sur ma respiration permet de m’extraire temporairement de mes préoccupations. Je vous conseille aussi d’en faire autant dans n’importe quelle situation et vous constaterez par vous-même qu’elle ne pourra que vous faire du bien.

Le sport

Les crises de stress se caractérisent souvent par un trop plein d’émotions et d’énergie qu’on ne parvient pas à canaliser. Je suis déjà de nature nerveuse mais je n’avais encore jamais atteint l’état d’hyperactivité. J’ai quotidiennement besoin de me défouler car j’ai tendance à intérioriser les émotions négatives ressenties au cours de la journée. Depuis 3 ans, l’activité physique est devenue un remède pour canaliser toute mon énergie.  Je pratique souvent la randonnée en montagne car le contact avec la nature m’apaise. Le yoga me permet de me recentrer sur moi-même tandis que le running, le fitness et le CrossFit m’aident à évacuer les ondes négatives en mobilisant mon corps à un rythme soutenu. Je n’exagère donc pas en écrivant que l’activité physique agit sur moi comme un remède miracle contre l’anxiété.

L’aromathérapie

Utiliser les huiles essentielles pour lutter contre le stress est une habitude que j’ai adoptée depuis seulement quelques mois. Certaines essences sont particulièrement efficaces sur le système nerveux (camomille, néroli, marjolaine à coquille, mandarine, petit grain bigarade …) mais si vous êtes sensible à l’univers olfactif, toute senteur qui vous plait vous réconfortera et apaisera votre esprit. Pour profiter pleinement des bienfaits des huiles essentielles, je les diffuse dans mon intérieur grâce à un appareil spécifique ou en me les appliquant en massages circulaires sur le plexus solaire. Je prends toujours soin de les diluer dans l’huile végétale de coton pour ne pas m’irriter la peau.

La lecture

La télévision distrait et nous permet de ne penser à rien alors que la lecture nous ramène à l’intériorité. Elle nous aide à retrouver un espace à soi mais la lecture, c’est aussi le pouvoir des mots, des tournures de phrases qui nous touchent et nous font préférer certains auteurs à d’autres. Néanmoins, il faut une disposition mentale pour que la lecture soit efficace : l’ouverture vers la connaissance, la nouveauté, l’évasion, l’évolution personnelle. J’adore lire mais ma passion a connu des hauts et des bas. Elle occupait une place très importante dans ma vie jusqu’à ce que mes études de lettres modernes, avec ses (très) nombreuses lectures obligatoires, m’y fassent perdre un peu le goût. Je me suis réconciliée avec elle dès que j’ai intégré mon 3ème cycle en ressources humaines et depuis la première année de master, je dévore à nouveau les livres.

Les infusions de plantes

J’ai ralenti ma consommation de thé et de café depuis l’été dernier mais les tisanes ont toujours accompagné mes petits maux du quotidien (rhumes, troubles digestifs …).  Le stress libère des hormones inflammatoires dans le sang et c’est pour cette raison que je me tourne vers les infusions de plantes dépuratives. Mon choix se tourne aussi vers celles possédant des propriétés relaxantes en privilégiant le tilleul, la fleur d’oranger (ma préférée), la camomille, la valériane et l’aubépine.

L’art thérapie

Son principe repose sur l’utilisation de la création artistique pour conduire une personne à se considérer de façon positive. Cet accompagnement thérapeutique est naturellement plus fiable et efficace que les moments passés chez soi à colorier des mandalas. Je reconnais néanmoins que ces « séances » de coloriage m’ont été utiles pour ne pas « craquer » pendant mes (courtes) périodes de chômage. Je me concentrais sur ce que je faisais en ne pensant qu’à l’instant présent et en oubliant pendant un temps, l’anxiété engendrée par l’angoisse des incertitudes.

La pensée positive

J’ai longtemps sous-estimé la puissance de la pensée positive sur notre moral et c’est au cours de ma troisième séance de sophrologie que j’ai appris que le cerveau était incapable de faire la différence entre une réalité et la pensée de cette réalité. Imaginez par exemple que vous êtes en train de mâcher une part de tarte aux pommes. Vos glandes salivaires réagissent de la même façon que si vous mangiez réellement ce dessert parce que votre cerveau y croit. Il est ainsi possible de transposer cet étrange phénomène sur nos émotions. Si vous vous répétez par exemple que vous avez confiance en vos compétences ou que vous allez passer une bonne journée, sachez que ces pensées positives peuvent influencer votre humeur et votre état d’esprit. A condition de le faire régulièrement. Choisissez quelques affirmations qui vous touchent, répétez-les intérieurement chaque matin et vous constaterez qu’elles auront progressivement un effet positif sur votre moral.

Quelles sont vos astuces pour vous détendre ?

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s