American Horror Story : Mon avis sur la saison 1

American Horror Story est une des rares séries horrifiques du paysage audiovisuel. La saison 1 est un mélange de maison hantée, de meurtres sanglants et de mystères aux accents glauques pour lequel nous avons été nombreux à miser dessus. Mais est-ce que la série tient vraiment ses promesses ? En ce qui me concerne, je dirais que le doute n’est pas permis : American Horror Story s’est avérée prometteuse, même si elle souffre de quelques imperfections, et j’ai bien l’intention de vous expliquer les raisons pour lesquelles je piaffe d’impatience de découvrir les autres saisons.

Si vous avez prévu de regarder la saison 1, je vous déconseille de poursuivre la lecture de l’article car ce dernier comporte quelques spoilers qui risquent de vous gâcher le plaisir de découvrir ce que cache la Maison de l’Horreur 😉

De quoi parle American Horror Story ?

Un couple et leur fille emménagent dans une vieille maison à Los Angeles pour sauver leur famille du désastre. A Boston, Vivian (Connie Britton) a fait une fauche couche et a découvert Ben (Dylan Mc Dermott) dans le lit conjugal avec une de ses étudiantes en psychologie. Au lieu de s’embarquer dans un divorce houleux, le couple a préféré déménager pour tourner la page sur les souffrances causées par l’infidélité de Ben et tenter de ranimer la flamme. Si on s’en tenait là, nous n’aurions qu’une banale série dramatique sur la reconstruction d’une vie de famille brisée par les incartades d’un mari volage mais il s’avère que la maison dans laquelle ils ont emménagé a été le théâtre de nombreux meurtres sanglants. Les deux derniers propriétaires, un couple gay à la recherche de sensations inédites pour pimenter une vie sexuelle un peu terne, sont retrouvés tous les deux morts dans la cave. Ils acceptent néanmoins d’acheter la maison face à l’enthousiasme non dissimulée de leur fille à l’idée de vivre dans cette maison au passé si trouble. En effet, Violet (Taissa Farmiga) est une adolescente en crise qui est très attirée par tout ce qui est glauque, fume des pétards en cachette et se crêpe le chignon avec les pestes de son lycée.

On aurait pu de nouveau s’en tenir là mais il faut y ajouter une voisine complètement dérangée (l’excellente Jessica Lange qui aurait mérité un Oscar pour la qualité de son interprétation) et mère d’une jeune femme trisomique qui passe son temps à squatter la maison de Vivan et Ben pour des raisons qui leur échappent, une vieille domestique borgne au passé trouble que les hommes voient plus jeune et plus sexy qu’elle ne l’est aujourd’hui, un homme au visage cramé qui suit Ben comme son ombre et un jeune patient aux pulsions meurtrières qui est tombé éperdument amoureux de Violet …  et vous n’obtiendrez que les trois quarts des personnages qui font leur apparition dans la saison 1 d’American Horror Story !

Un pot-pourri de l’horreur

J’ai hésité entre pot pourri et bordel mais le premier terme est plus correct. De nouveaux personnages apparaissent toutes les 10 minutes, l’intrigue part dans tous les sens mais n’est jamais incohérente. Rien n’est laissé au hasard dans cette série : si un personnage sous-entend quelque chose, on n’en restera pas là. Tout a une explication et une origine toujours plus glauque.

American Horror Story peut être comparée à une poupée russe. Le meurtre des deux derniers propriétaires n’est qu’un chapitre parmi tant d’autres dans l’histoire de la maison. Plus on remonte le temps et plus on découvre que la bâtisse cache de lourds secrets et des meurtres plus tordus les uns que les autres. Selon moi, la palme de l’horreur revient aux expérimentations du chirurgien Charles Montgomery sur son bébé démembré mais on a l’occasion de découvrir tellement d’autres histoires cauchemardesques. On finit aussi par ne plus savoir ce qui est réel, ce que les personnages ont vécu ou imaginé et on se sent parfois complètement perdu au milieu de tout ce bazar. Je reconnais toutefois que cette anarchie est totalement maîtrisée et l’intrigue si bien ficelée que la fin laisse sans voix. J’avais deviné une partie du dénouement mais Murphy a su me surprendre jusqu’aux dernières minutes de l’ultime épisode.

American Horror Story fait aussi allusions à certaines références du cinéma d’épouvante. «Les autres» d’Alejandro Amenabar fait aussi revenir d’anciens propriétaires qui font prendre conscience au personnage principal qu’elle est également un revenant et «Rosemary’s Baby» raconte l’histoire d’une jeune femme qui donne finalement naissance à l’enfant du diable. Il en existe peut-être d’autres que je n’ai pas identifiées mais celles-ci m’ont semblé plutôt explicites.

Pour conclure, je dirais que la saison 1 d’American Horror Story m’a enchanté pendant 12 épisodes et a bien failli devenir un coup de cœur. Pour quelles raisons ne l’est-elle pas vraiment ? Tout simplement parce que je m’attendais à faire des cauchemars. J’ai tellement vu de films d’horreur que je suis certainement rodée à ce genre mais cela ne peut pas être la seule explication, même si je n’en vois malheureusement pas d’autres. L’intrigue est malsaine, très glauque mais je n’ai que trop rarement frissonné. La découverte du corps de Violet dans la cave est peut-être la scène qui m’a le plus marqué mais ce n’est pas suffisant pour une fervente amatrice de films et séries d’horreur.

Avez-vous regardé la saison 1 ? Etes-vous d’accord avec mon avis ?

Très bon réveillon à tous et d’avance une excellente année 2016 ! 😀

Publicités

4 réflexions sur “American Horror Story : Mon avis sur la saison 1

  1. Sweet Judas dit :

    La première saison est vraiment la meilleure de toutes, je trouve (même si ce n’est pas forcément ma préférée)(j’ai un gros faible pour Coven, même si elle est très inégale). C’est dans Murder House que Jessica Lange est la plus talentueuse (avec Sister Jude pas loin derrière). Cette femme dégage tellement de charisme et de prestance que ç’en est presque indécent (plus tard, je veux être elle, c’est simple). L’arrivée de Lady Gaga dans la saison 5 a gâché l’affection que je portais à la série, d’ailleurs. L’absence de Lange, c’est un peu un gros trou dans mon coeur, percé à coups de masse. Gaga n’a pas l’épaisseur pour remplacer autant de talent, retourne à ton piano et laisse-nous tranquille, c’est mieux.

    Comme toi, j’ai été vraiment choquée de découvrir le cadavre de Violet dans le sous-sol du Manoir. Je crois que je ne m’y attendais pas vraiment d’ailleurs, j’étais trop concentrée sur Vivien et ses bébés en temps normal !

    Et Tate, aaaaah Tate, ce grand psychopathe ❤

    Aimé par 1 personne

  2. mangoandshamallow dit :

    Waouh ! Merci pour les commentaires que tu as laissés car c’est avec plaisir que je les lis 🙂 Ma préférée reste la saison 2, même si j’ai aussi bien aimé la première. En revanche, la saison 3 m’a déçue mais je m’y attendais un peu à cause de son thème principal et la saison 4 … Que dire ? Je l’attendais avec tant d’impatience que le résultat m’a laissé un goût amer. Je vais laisser passer du temps avant de me lancer dans la dernière parce que j’ai malheureusement beaucoup de préjugés à l’encontre de la prestation de Lady Gaga. Elle joue merveilleusement bien du piano mais de là à remplacer l’excellente Jessica Lange … Je crains le pire, d’autant plus que tu n’es pas la seule personne à ne pas l’avoir apprécié dans ce rôle, mais je vais prendre le risque d’être à nouveau déçue.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s