Choisir les aliments de la bonne humeur

Je  m’intéresse de près à la diététique depuis que je pratique régulièrement le sport. Je me documente sur le sujet en lisant mais j’apprends aussi beaucoup de ma meilleure amie qui est diplômée d’un BTS Diététique. Je souhaite aujourd’hui aborder un sujet dont on ne parle pas souvent et qui pourtant, nous concerne de très près.

La nourriture en question

Nous sommes ce que nous mangeons.  Cette phase pourrait tout résumer tant elle reflète la réalité mais je ne vais pas m’en contenter. En effet, nous avons tendance à attribuer nos émotions à notre sale caractère alors qu’en réalité, un certain nombre de nos troubles émotionnels sont liés à une alimentation incorrecte. Les autres nous trouvent parfois irritables, agressifs. On peut aussi remarquer qu’on a des difficultés pour se concentrer. Au lieu de soigner ces troubles de l’humeur avec des psychotropes, il suffirait simplement d’adopter une alimentation naturelle et équilibrée. En ce qui nous concerne, nous les femmes, le « syndrome prémenstruel », avec son lot de susceptibilités et de tristesse,  peut être lié à une carence en fer ou à un excès de sel.  Pour tout le monde, les pertes d’énergies et les troubles de l’humeur inattendus sont souvent dus à des intolérances alimentaires qui n’ont pas encore été détectées.

Les médecins sont unanimes pour prévenir et combattre les émotions négatives : il est conseillé de consommer des végétaux, des farines et des céréales complètes et des fruits de saison. Certaines carences nutritionnelles, en magnésium ou en vitamine B6, peuvent causer fatigue, baisse de tonus et irritabilité.

Tout bon médecin s’assure aujourd’hui que le mal-être de ses patients n’est pas d’abord lié à une mauvaise alimentation. De nos jours, de nombreuses personnes suivent des régimes amaigrissants improvisés. Pourtant, ce comportement augmente le risque de développer une dépression et de souffrir de carences nutritionnelles.  Et ce n’est pas tout, puisque même un régime alimentaire comprenant tous les principaux nutriments, peut, s’ils sont mal choisis,  causer des troubles émotionnels.

Les aliments à privilégier pour être de bonne humeur

  • Les poissons gras : La sardine, le maquereau et le saumon sont les espèces qui contiennent le plus de matières grasses sources d’Oméga 3, appelés aussi « acides gras essentiels ». Seule l’alimentation peut nous les apporter car le corps est incapable d’en produire tout seul. La sérotonine est à l’origine de notre bonne humeur. Elle est produite par le cerveau par la transformation d’un acide aminé, le tryptophane. Les aliments riches en protéines à haute teneur en tryptophane comme le poisson, la viande, le fromage et les fruits oléagineux peuvent influencer nos états d’âme. Les poissons gras qui sont également riches en vitamine D, permettent de prévenir les carences et de lutter contre la fatigue.
  • Le chocolat noir : Vous avez bien lu ! Contrairement aux idées reçues, le chocolat noir  (j’ai bien dit « noir » !) est bon pour la santé s’il est consommé modérément. Si vous ne craquez pas pour la tablette entière, sachez qu’il a de nombreuses vertus à vous faire partager. A raison d’un carré de chocolat noir par jour, vous pourrez garder le sourire quoiqu’il arrive. En effet, il contient du magnésium qui est une substance relaxante, du phényléthylamine (vous avez du mal à prononcer ce mot même dans votre tête ?! C’est normal ;-)) et de la fameuse tryptophane qui sont toutes deux très proches de l’endorphine que l’on peut aussi nommer poétiquement «la molécule du bonheur». Ce n’est pas donc pas un mythe : le chocolat noir a bien un rôle d’anti-dépresseur !
  • Les légumes secs : les lentilles, les haricots blancs, les pois et les fèves sont aussi d’excellentes sources de magnésium mais ils sont toutefois à consommer avec modération afin d’éviter les troubles digestifs.
  • Les fruits oléagineux : les noix de cajou, les noisettes, les amandes et les noix appartiennent à la même famille. Riches en fibres, en magnésium et en oméga 3, ils agissent sur les neurotransmetteurs qui ont pour mission de réguler notre humeur.
  • L’œuf : peu importe qu’on le préfère à la coque, dur ou mollet, l’œuf nous apporte de la vitamine D et de la tryptophane.
  • Les pâtes : les féculents ont mauvaise réputation alors qu’ils sont riches en magnésium et en tryptophane. Ils sont aussi sources de glucides complexes qui fournissent le glucose. Le cerveau en est d’ailleurs un gros consommateur et si celui-ci n’est pas nourri correctement, on risque de se sentir fatigué et de ressentir des baisses de moral. Par contre, on privilégie toujours les pâtes al dente afin de ne pas les transformer en sucres rapides et réduire ainsi son pouvoir énergisant. Sinon, c’est le coup de pompe assuré quelques heures plus tard !
  • Les agrumes : Riches en vitamine C et B9 et en oligo-éléments, ils boostent la production de sérotonine. On opte alors pour les clémentines, les kiwis et les oranges. Néanmoins, il est vivement conseillé de consommer le fruit plutôt qu’en jus. En effet, nombreux sont les nutritionnistes qui avertissent des dangers des jus de fruits et des smoothies qui sont en réalité, de vrais pièges nutritionnels. Or, on prête très rarement attention à leur composition dans la mesure où la publicité nous fait croire que ce sont des produits sains. Pourtant, les smoothies ne contiennent très rarement que des fruits. Les industriels y rajoutent du lait animal ou végétal, du miel, des céréales, du yaourt …  Il en est de même pour les jus de fruits, qu’ils  sont industriels ou faits maison (à choisir, mieux vaut toutefois privilégier ces derniers). En effet, les jus de fruits contiennent beaucoup de sucres naturels qui ne sont pas particulièrement bons pour la santé. Il est aussi préférable de manger les fruits entiers pour se sentir rassasié et garder tous les bienfaits des fibres sur notre organisme.
  • Le poivron : C’est le légume le plus riche en vitamine C. On aurait donc tort de s’en priver.
  • L’avocat : Très riche en bonnes graisses et en anti-oxydants, il possède aussi des vertus anti-inflammatoires.
  • Les viandes rouges : elles apportent du fer, des protéines et du tryptophane. Il est néanmoins recommandé de consommer aussi de «la viande blanche» ( dinde, poulet …).

Attention aux sucres !

A moins d’avoir vécu sur une île déserte depuis votre naissance, vous savez forcément que le sucre est néfaste pour la santé. Le pire de tous est sans aucun doute le sucre raffiné mais de manière générale, il provoque l’obésité et la dépression. Le problème, c’est que nous consommons tous les jours des aliments salés qui en contiennent et il ne suffit malheureusement pas de supprimer les pâtisseries, les biscuits apéritifs et les plats préparés pour en être débarrassé. Le sucre est partout, même dans l’escalope de dinde que vous achetez au supermarché. Je reconnais que lire et surtout comprendre tous les ingrédients marqués sur les emballages nécessite un investissement fou et c’est pour cette raison qu’il y a forcément des choses qui nous échappent. Or, les pics d’insuline provoqués par la consommation d’aliments contenant du sucre génèrent une variation continue de l’humeur  et conduisent à des états mentaux confus.

Les recherches scientifiques comparent le sucre à de l’héroine, dans la façon dont il est produit et utilisé. Le sucre appelle le sucre et c’est pour cette raison que les personnes qui en consomment en grande quantité souffrent de fatigue chronique, d’irritabilité et de morosité. Au début, nous ressentons pourtant une sensation de bien-être qui s’explique par le fait qu’en ingérant des aliments ayant un taux glycémique important, notre organisme produit des endorphines. Cette situation est provisoire car elle est suivie par une baisse d’énergie qui nous pousse à rechercher un autre aliment sucré. C’est ce qu’on appelle le cercle vicieux. Il est néanmoins possible d’y mettre un terme en remplaçant les sucres facilement assimilables par des aliments qui relâchent lentement le glucose comme ceux des légumes verts, des fruits et des céréales complètes. Ces sucres suffisent amplement pour notre organisme. Le reste n’est que superflu.

En outre, pour profiter d’une humeur stable, les nutritionnistes recommandent de consommer des protéines dans tous nos plats, y compris le petit-déjeuner qui devrait être plus riche que le déjeuner et le dîner. Les anglais ne sont pas les champions de la nutrition mais nous pouvons copier leur petit-déjeuner sans culpabiliser (à condition de manger plus léger pendant les autres repas de la journée).

Cet article est particulièrement dense mais reflète aussi l’extrême richesse de la diététique. Pourtant, nous n’avons abordé qu’un sujet parmi des milliers.  En tout cas, j’espère qu’il vous aura plu et que vous n’hésiterez pas à partager vos astuces anti-morosité en commentaires 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s