Revue de lectures : Décembre #1

 

DSCN1973[1]

« Séquestrée » de Chevy Stevens

Résumé : Annie a été séquestrée.Elle a passé douze mois d’enfer dans une cabane perdue au fond de la forêt. Annie est libre, enfin, mais les séances chez le psychologue lui font revivre chaque minute.Annie est sauve, le plus dur est derrière elle.Du moins le croit-elle…

Mon avis : Séquestrée est un roman que j’ai découvert sur la blogosphère littéraire et je n’ai pas regretté de l’avoir lu. L’histoire d’Annie a suscité en moi beaucoup d’émotions, d’angoisse et de doutes. En effet, l’horreur dans laquelle se retrouve plongée le personnage principal peut arriver à n’importe qui. Rassurez-vous, je suis une fille prudente mais ne suis pas considérée comme une paranoïaque 😉 Pourtant, ce roman a tous les arguments pour qu’on le devienne. J’aime les thrillers depuis de nombreuses années mais Séquestrée a été un coup de cœur pour sa narration crue qui m’a valu peut-être un ou deux cauchemars lors d’une nuit particulièrement agitée.

Annie est une jeune femme indépendante, entourée et sérieuse, qui travaille en tant qu’agent immobilier. C’est lors d’une journée portes ouvertes dans la maison d’un de ses clients qu’elle fait la rencontre de son ravisseur qui ne lui laisse pas le choix. Annie est kidnappée. Quand elle se réveille, l’enfer ne fait que commencer puisqu’elle se retrouve enfermée dans un chalet aux fenêtres condamnées, aux meubles cadenassés et dont l’unique porte est soigneusement fermée à clefs par son ravisseur qui pendant longtemps, ne la laissera jamais sortir. L’homme, « le monstre » comme elle l’appelle, lui fait subir les pires sévices mais je n’ai pas l’intention de les raconter pour ne pas vous spoiler l’histoire.

Le roman est construit de manière originale car Annie nous raconte son histoire par l’intermédiaire de ses séances chez son psychologue. Ce choix un peu particulier m’a séduite puisqu’il permet de ressentir plus profondément toutes les horreurs qu’elle a vécues. Et croyez-moi qu’elle a enduré un véritable cauchemar ! Son année passée aux côtés du Monstre a de quoi glacer le sang. Séquestrée a une dimension psychologique très intense qui est habituellement difficile à instaurer et à faire perdurer mais Chevy Stevens s’en tire à merveille. Elle tire les ficelles de son histoire avec finesse, créant ainsi une tension incroyable qui atteint son paroxysme au dénouement du récit. La fin m’a laissé sans voix. Je n’aimais pas beaucoup le personnage qui s’avère finalement le responsable de l’enlèvement d’Annie  mais je n’aurais jamais imaginé que cette personne était capable de lui nuire à ce point. En revanche, j’ai trouvé que les motifs expliquant les raisons pour lesquelles elle a agi de la sorte, n’étaient pas vraiment crédibles. Certes, ils reflètent le caractère superficiel du personnage mais j’aurais préféré des raisons plus solides et poignantes.

Fourstars1

« Poison » de Sarah Pinborough

Mon avis : Poison est une réécriture du conte de Blanche-Neige mais la princesse n’a ni la sagesse ni la candeur du personnage imaginé par les frères Grimm. Le récit est d’ailleurs assez déroutant puisqu’il y est souvent question de sexe et de débauche, de façon très équivoque. En clair, si vous aviez l’intention de l’offrir à votre nièce de huit ans, je vous conseille d’abandonner l’idée car elle pourrait être choquée 😉  Poison propose un regard neuf, bien plus adulte et réel sur l’histoire de Blanche-Neige, même si la magie y occupe toujours une place importante. On y découvre que la méchante reine a grandi dans une famille où la magie était une tradition mais qui fût brûlée sur le bûcher des générations auparavant. Son union avec le roi n’est pas un mariage d’amour et je me suis parfois prise de pitié pour cette jeune femme qui a grandi trop vite, endossé trop rapidement des responsabilités et a recherché davantage à obtenir un statut qu’une vie sentimentale épanouie en épousant le père de Blanche-Neige. D’autres personnages font également leur apparition. Aladdin est un être maléfique au service de la méchante reine et on découvre que l’arrière grand-mère de celle-ci n’est autre que la sorcière d’Hansel et Gretel. Je n’ai d’ailleurs pas trouvé que cette superposition de contes apportait une valeur ajoutée au récit. Je me suis plutôt demandée pourquoi ils faisaient partie de l’histoire, même si ce sont des personnages secondaires.

DSCN1976[1]

La fin de l’histoire est très surprenante puisque le prince délivrant Blanche-Neige de son sommeil n’est pas si romantique qu’il n’y paraît mais la princesse, telle qu’elle est décrite par Sarah Pinborouh, ne peut que s’en prendre à elle-même pour avoir déclenché la réaction si inattendue de son bien-aimé !

DSCN1977[1]

Prison est le premier tome de trois contes revisités par Sarah Pinborough. Les contes ont récemment été édités en un seul et unique volume et j’ai fait le choix de ne pas enchaîner les histoires pour me laisser le plaisir de découvrir. En tout cas, ce premier tome est assez surprenant pour mériter d’être lu, même si son appréciation fait débat chez de nombreuses lectrices. Pour ma part, j’ai trouvé la lecture intéressante, même si j’aurais préféré avoir plus de réponses sur cette fin ouverte.

Fourstars1

« Horrostör » de Grady Hendrix

Résumé : Il se passe quelque chose d étrange au magasin de meubles d Orsk à Cleveland, en Ohio. Ces derniers temps, les employés découvrent, en arrivant le matin, des étagères Kjërring démontées, des piles de gobelets Glans renversées, des armoires Liripip fracassées…

Les ventes sont en berne, les responsables de rayon en panique : les caméras de surveillance ne montrent rien d anormal.

Pour lever le mystère, une équipe de trois employés se retrouve engagée pour rester sur place toute une nuit. Au coeur de l obscurité, ils arpentent les allées du showroom désert, courent après d inquiétants bruits et finiront pas se confronter aux pires horreurs…

Mon avis : L’objet livre est très original puisqu’il est détourné du célèbre catalogue Ikea en proposant aussi une mise en page recherchée et représentative des modèles de meubles que l’on peut trouver dans la fameuse enseigne suédoise. Le récit est clairement horrifique mais ne m’a pas fait peur pour autant puisque je suis une habituée des romans bien plus effrayants que celui-ci. Je reconnais néanmoins que certains passages sont assez trash et leurs descriptions peuvent susciter quelques frissons chez les lecteurs qui n’ont pas l’habitude de lire ce genre d’histoires. J’ai surtout vu en Horrostor, une dénonciation de la déshumanisation du travail dans certaines chaînes de magasins. Certaines entreprises sont pensées pour abrutir les salariés mais aussi les clients dans le but de pousser ces derniers à la consommation. Les concepteurs d’Orsk, le magasin de meubles dans lequel travaille Amy, a été conçu de façon à conditionner l’esprit du consommateur et sa stratégie a été pensée pour déshumaniser les employés. Tout est bon pour mettre en valeur l’esprit de la marque. Le salarié travaille pour une grande famille et doit en être fier. Aux yeux de la direction, c’est un honneur de participer à l’essor de l’entreprise, au détriment de son bonheur et de son épanouissement professionnel. J’ai beaucoup apprécié cette critique acide des méthodes de management actuelles car mon expérience au sein d’une société aux pratiques managériales discutables m’a sensibilisé sur le sujet. Je me suis aussi très vite attachée au personnage d’Amy. C’est une jeune femme qui n’aime pas vraiment son métier et qui a souvent renoncé dans sa vie. En revanche, elle sortira grandie et plus combative de son expérience digne d’un film d’épouvante. En effet, Orsk abrite un autre lieu qui, à la nuit tombée, va faire plonger cinq employés dans l’horreur absolue mais je ne vous en dis pas plus pour ne pas vous gâcher tout le suspense 😉

DSCN1978[1]

FiveStars

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s